National

Harper promet d'allonger le congé parental

Prime Minister Stephen Harper speaks about the Trans-Pacific Partnership trade deal at a press conference in Ottawa on Monday, October 5, 2015. Twelve nations, including Canada, have reached a tentative deal on the so-called Trans-Pacific Partnership - a massive Pacific Rim trading bloc billed by Prime Minister Stephen Harper as the largest-ever deal of its kind. THE CANADIAN PRESS/Nathan Denette Photo: Nathan Denette / La Presse Canadienne

SASKATOON — Lors d’un arrêt de campagne en Saskatchewan, mercredi, le chef conservateur a promis d’améliorer le congé parental du régime fédéral sans que cela ne coûte un sou à l’État. Stephen Harper a ainsi promis qu’il allongerait le congé de 12 à 18 mois, sans toutefois que le parent reçoive davantage de prestations d’assurance-emploi.

Si les conservateurs sont réélus, les nouveaux parents pourront donc, à compter de l’année prochaine, s’occuper de leurs enfants plus longtemps et étaler leurs prestations sur toute cette période.

Les nouveaux parents québécois ne seraient pas concernés par un tel programme, puisqu’ils sont couverts par le Régime québécois d’assurance parentale.

M. Harper a fait cette annonce à Saskatoon après un discours de sa femme Laureen qui, avant de présenter son mari, s’est souvenue des défis auxquels elle a dû faire face lorsqu’elle devait élever ses deux enfants tout en continuant de travailler.

Le chef conservateur a également fait la promotion d’un projet pilote de deux ans pendant lequel certains parents pourraient percevoir un salaire en tant que travailleur autonome et les prestations d’assurance-emploi en même temps.

«Nous entendons plusieurs nouvelles mères et nouveaux pères qui voudraient profiter de leur temps à la maison pour lancer une nouvelle entreprise ou, du moins, avoir un salaire à temps partiel», a déclaré M. Harper.

Les libéraux ont également proposé l’établissement de congés parentaux plus flexibles dans le cadre du régime d’assurance-emploi. En août, ils ont annoncé qu’ils travailleraient avec les provinces pour élaborer de nouveaux programmes pour les parents.

Leur plan allongerait également le congé à 18 mois, permettant aussi aux parents d’alterner entre les congés et le travail à leur convenance. Les deux parents pourraient aussi diviser le congé entre eux.

Le Parti libéral souhaite également modifier le Code du travail fédéral pour offrir la possibilité aux parents de demander des heures de travail plus flexibles à leurs patrons.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a critiqué les mesures proposées par ses adversaires conservateurs et libéraux. Selon le NPD, les deux partis n’améliorent pas l’accès à l’assurance-emploi pour les familles à faible revenu qui ne peuvent se permettre de prendre des congés parentaux.

En septembre, les néo-démocrates ont annoncé qu’ils assoupliraient les règles pour l’accès à l’assurance-emploi, tout en augmentant les prestations versées aux familles.

Par ailleurs, le chef conservateur est revenu sur l’enjeu du niqab, réitérant qu’il étudierait la possibilité de l’interdire pour la réception de services gouvernementaux et contredisant ainsi son ministre responsable de la fonction publique fédérale.

En mars, le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, avait déclaré qu’il n’était pas question d’interdire le niqab aux fonctionnaires fédéraux, que le seul critère pour un fonctionnaire, c’est d’être «capable de faire le travail», et qu’on ne pouvait imposer une telle interdiction dans un milieu de travail ou dans la vie privée.

Le ministre expliquait à ce moment-là pourquoi la seule interdiction envisagée par son gouvernement concernait les cérémonies de citoyenneté.

Le premier ministre sortant a déclaré que son gouvernement «dit la même chose depuis des mois maintenant». Et cette chose, c’est qu’il examine le projet de loi 62 du gouvernement Couillard, loi qui obligerait ceux qui donnent et reçoivent des services gouvernementaux à le faire à visage découvert. Selon M. Harper, Ottawa peut «agir d’une façon très responsable» dans ce dossier comme le fait Québec.

Articles récents du même sujet