Politique

Agression sexuelle: un élu de Projet Montréal nie les allégations

Craig Sauvé Photo: Archives Métro

Le candidat de Projet Montréal dans Saint-Henri-Est–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles–Griffintown et membre du comité exécutif, Craig Sauvé, a nié ce matin les allégations d’agression sexuelle qui ont pesé contre lui.

J’ai fait l’objet d’une allégation non fondée concernant un événement s’étant déroulé en 2012. N’ayant rien à me reprocher, j’ai traité cette allégation de manière collaborative et respectueuse, et après une enquête approfondie, la police a fermé le dossier. Je veux être clair avec tout le monde, je nie catégoriquement ces allégations. Je ne ferai pas d’autres commentaires et analyserai les recours à ma disposition.

Craig Sauvé via un communiqué

Plus tôt ce matin, un article de CBC News relatait que Valérie Plante avait menti en affirmant ne pas être au courant d’allégations d’agression sexuelle au sein de Projet Montréal. Sans révéler le nom du candidat en question, CBC rappelait qu’en juillet 2020 la mairesse avait été questionnée à ce sujet. Par ailleurs, le SPVM aurait fermé l’affaire six mois plus tard.

Le Québec était alors en plein dans une nouvelle vague du mouvement #MoiAussi avec une pluie d’accusations d’agression sexuelle envers plusieurs personnalités. À la question de si elle avait connaissance de telles accusations au sein de son parti ou de l’opposition, la mairesse avait répondu: «Honnêtement, comme cheffe de parti, rien n’est venu vers moi.» Elle avait ensuite affirmé que les futurs candidats de Projet Montréal seraient questionnés à ce sujet, et avait déclaré qu’«il n’y aurait pas de seconde chance».

En point de presse ce matin, la mairesse a affirmé avoir répondu avec honnêteté.

J’ai répondu avec honnêteté et transparence sur un dossier qui était clos, alors pour moi j’ai agi correctement. […] Le SPVM a étudié le dossier, les policiers ont fait leur travail et ont décidé que la plainte n’était pas recevable. Je le répète, cela a été fait en bonne et due forme et pour moi, à ce moment, je pense que la présomption d’innocence [s’applique].

Valérie Plante

La mairesse souligne «qu’après avoir appris la nouvelle d’allégations», le parti a été «proactif». Celui-ci aurait rencontré les «deux parties lors du processus de médiation». Après quoi, Projet Montréal n’aurait pas eu de nouvelles de la part de la personne plaignante «pendant deux ans».

Denis Coderre réagit

Denis Coderre et Ensemble Montréal n’ont pas tardé à convoquer la presse pour réagir à la controverse, même s’il admet ne pas avoir consulté le rapport de médiation. «Je pense à la victime présentement moi», a déclaré Denis Coderre, aux côtés de plusieurs candidats, dont Nadine Gelly, pressentie pour la présidence du comité exécutif si Denis Coderre remporte les élections.

M. Coderre a réclamé la démission de Craig Sauvé à la suite de l’allégation d’agression sexuelle. Il souhaite également de la mairesse «qu’elle présente ses excuses ou qu’elle nous explique pourquoi elle a une transparence à deux vitesses».

On peut se sentir interpellée comme femme. On nous dit que ça a été fermé en 2021 et ils le savent depuis 2018. Tout au long de ce moment-là, ils ont gardé la personne à l’interne. Est-ce que c’est ça une bonne transparence et une bonne gouvernance?

Nadine Gelly

Si son parti était confronté à des accusations similaires vis-à-vis d’un candidat, M. Coderre l’affirme: «Je retirerais cette personne parce que nous devons suivre la procédure, nous devons nous assurer qu’il y a une enquête. […] Il faut protéger la victime, et pour bien le faire, il faut se mettre de côté. Je n’ai pas eu de problème à retirer moi-même des candidats pour d’autres raisons.»

Au début du mois, plusieurs candidats d’Ensemble Montréal se sont vu montrer la porte. Ce fut le cas de Joe Ortona, début septembre, qui avait pris position contre la loi 96. Julie-Pascale Provost a aussi été exclue du parti, car elle avait décidé de ne pas se faire vacciner.

Mi-mai, Ali Nestor, un proche de Denis Coderre, avait été exclu du parti à la suite d’allégations de voies de fait et d’agressions sexuelles.

Avec la collaboration de Martin Nolibe.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet