Politique

Élections municipales: les promesses phares des partis à Montréal

Photo: Archives Métro

C’est jour d’élections à Montréal, comme dans la plupart des municipalités du Québec. Après de longs mois de campagne et de précampagne, résumons les promesses phares des partis de Valérie Plante (Projet Montréal), Denis Coderre (Ensemble Montréal) et Balarama Holness (Mouvement Montréal).

Transport

Tous les partis comptent dans leur plateforme une promesse de réduction des tarifs de transport, à différents degrés. Projet Montréal, Ensemble Montréal et Mouvement Montréal prévoient tous la gratuité du transport pour les aînés. Mouvement Montréal, le parti de Balarama Holness, souhaite aussi la gratuité pour les jeunes de moins de 25 ans. M. Holness instaurerait aussi une tarification différenciée en fonction du revenu.

Le REM de l’Est attire aussi l’attention de tous les partis, qui souhaitent un projet souterrain autant que possible… mais pas nécessairement. Denis Coderre et Balarama Holness souhaitent également le prolonger jusqu’à Rivière-des-Prairies.

Parmi les promesses de Valérie Plante, la «mairesse de la mobilité», on note la poursuite des travaux du Réseau express vélo (REV). M. Coderre, à l’inverse, souhaite revoir certaines portions. Il aimerait aussi ramener du stationnement sur certaines pistes cyclables. Mouvement Montréal souhaite aussi favoriser le stationnement en améliorant la signalisation et en réduisant les amendes.

Les partis de Valérie Plante et Denis Coderre souhaitent aussi faire avancer de grands projets de transport qui se trouvent à différents niveaux d’avancement. On note le prolongement de la ligne bleue vers Anjou, de la ligne orange vers Bois-Franc et la création de la ligne rose, mentionnée du bout des lèvres dans le programme de Projet Montréal.

Environnement

Les promesses en environnement visent la carboneutralité dans tous les partis. Projet Montréal la prévoit pour 2045, Mouvement Montréal pour 2050. Du côté de Denis Coderre, Ensemble Montréal prévoit la carboneutralité des bâtiments et la carboneutralité de la Ville comme institution.

Valérie Plante souhaite aussi instaurer une «zone zéro carbone» au centre-ville et éliminer le chauffage au mazout. Elle souhaite également poursuivre le processus entrepris pour éliminer les plastiques à usage unique dans la métropole.

Projet Montréal et Ensemble Montréal prévoient des plantations massives d’arbres, alors que Mouvement Montréal mise davantage sur l’augmentation du compostage résidentiel et la biométhanisation.

Sécurité publique

Les fusillades ont fait grand bruit au cours des derniers mois. Deux partis s’opposent très clairement sur ce sujet, soit ceux de Denis Coderre et Balarama Holness.

M. Holness et son parti ont fait grand bruit avec leur promesse de réduire le financement du Service de police de la Ville de Montréal. Il souhaite réaffecter ces sommes à des projets de logement et de sport, et mettre en place une ligne d’urgence pour contacter des intervenants sociaux plutôt que d’appeler les policiers. Il souhaite aussi renverser la décision de transformer les agents de sécurité de la STM en constables spéciaux.

Il promet aussi des formations annuelles sur la violence conjugale, la lutte au racisme et la sensibilisation culturelle pour l’ensemble des policiers.

Denis Coderre a opté pour une posture qui se rapproche de «la loi et l’ordre». L’ex-maire rejette l’idée de définancer ou de désarmer le service de police. Il prévoit au contraire l’embauche de 250 policiers supplémentaires, tout comme sa principale rivale, Valérie Plante.

M. Coderre ajouterait des caméras à certains endroits de la ville et financerait l’achat de caméras corporelles pour les patrouilleurs. Il doublerait aussi le financement des équipes de la police qui interviennent en itinérance ou en santé mentale.

Valérie Plante promet aussi l’achat de caméras corporelles, après avoir d’abord rejeté l’idée. Elle souhaite aussi un meilleur financement des équipes policières vouées à la lutte aux armes, à la police communautaire et à la violence faite aux femmes.

Logement et itinérance

Les différents partis se ressemblent beaucoup en matière de logement. Valérie Plante veut construire 60 000 logements, Balarama Holness en promet 59 000 et Denis Coderre, 50 000.

Tous les trois souhaitent aussi multiplier les sommes réservées au logement. Mme Plante y accorderait 800 M$, Balarama Holness environ 734 M$. M. Coderre miserait plutôt sur le privé en adoptant diverses mesures facilitant la densification. Il multiplierait toutefois par 12 les sommes destinées à l’itinérance.

M. Coderre souhaite notamment favoriser la conversion de tours de bureaux du centre-ville en tours résidentielles. Il favoriserait aussi les développements plus denses autour des stations de métro et du REM dans l’est de la ville.

Mme Plante souhaite assurer l’abordabilité des logements pendant 40 ans.

M. Holness souhaite ouvrir l’accès au logement abordable aux personnes n’ayant pas la citoyenneté canadienne ou la résidence permanente.

Finalement, Mme Plante et M. Coderre promettent tous deux d’augmenter les services offerts 24h sur 24, sept jours sur sept, aux personnes itinérantes.

Langue française

La langue française s’est introduite dans le débat électoral à cause des positions controversées de Balarama Holness. Celui-ci souhaite un statut bilingue pour Montréal. Il réduirait également les exigences en matière de français pour les employés anglophones.

Valérie Plante et Denis Coderre se sont positionnés plutôt du côté de la protection du français. Ils souhaitent tout de même pouvoir offrir certains services dans la langue des usagers.

Finances et économie

Le parti de Balarama Holness s’est aussi démarqué avec ses promesses pour la relance économique de Montréal. Mouvement Montréal souhaite que la métropole devienne une cité-État, ni plus ni moins. Il stimulerait aussi la recherche en sciences et technologies.

Pour M. Coderre, la relance économique passe beaucoup par le développement de partenariats entre la métropole, les autres régions du Québec et l’étranger. Son plan économique mise aussi fortement sur la construction immobilière, notamment pour densifier le centre-ville et l’Est. La transformation des bureaux vides du centre-ville en logements réapparaît ici dans le programme d’Ensemble Montréal.

Quant à Valérie Plante, elle souhaite créer trois zones d’innovation (Est, Ouest et Nord). Elle veut aussi améliorer l’attractivité des artères commerciales, entre autres avec la piétonnisation des rues l’été.

Elle souhaite aussi soutenir les festivals – les petits comme les gros – et prolonger les heures d’ouverture des bars dans certains secteurs.

La mairesse sortante promet aussi de revoir la Stratégie centre-ville en fonction de la réalité post-pandémique.

Culture

Finalement, les partis ont une brochette de promesses pour les acteurs culturels de Montréal.

Valérie Plante promet de financer les petits diffuseurs tout en renforçant le statut du Quartier latin et du Quartier des spectacles. Denis Coderre souhaite revoir le financement des organismes culturels en fonction de leur mission plutôt qu’en fonction des projets soumis. Balarama Holness souhaite favoriser le financement d’organismes qui mettent de l’avant les projets des communautés culturelles de Montréal.

Rappelons que le vote se déroule samedi et dimanche à Montréal. Les résultats seront dévoilés dimanche soir.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet