Politique

François Legault présente le successeur d’Horacio Arruda, Luc Boileau

Le premier ministre du Québec, François Legault Photo: Josie Desmarais/Métro

Après avoir accepté la démission du directeur national de santé publique Horacio Arruda, lundi soir, le premier ministre François Legault et le ministre de la Santé Christian Dubé ont présenté son successeur. Il s’agit du DLuc Boileau, jusqu’ici PDG de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS).

Le Dr Boileau est le père de Marjaurie Côté-Boileau, l’attachée de presse du ministre de la Santé. Avant de devenir PDG de l’INESSS, il a occupé les mêmes fonctions au sein de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Il a aussi été PDG de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie.

François Legault a confirmé que le Dr Boileau demeurera en poste pendant quelques mois, puisque le gouvernement veut diriger toutes ses énergies dans la gestion de la cinquième vague de la pandémie. Pour l’instant, le Dr Boileau a préféré ne pas se prononcer sur les enjeux d’actualité, comme l’imposition d’une «contribution santé» aux non-vaccinés et le retour à l’école prévu le 17 janvier.

Départ marquant

Horacio Arruda a occupé le rôle de directeur national de santé publique pendant près de douze ans. Ce sont notamment les critiques à son égard qui l’ont mené à démissionner. «Les propos récents tenus sur la crédibilité de nos avis et sur notre rigueur scientifique causent sans doute une certaine érosion de l’adhésion de la population. Dans un tel contexte, j’estime approprié de vous offrir la possibilité de me remplacer avant l’échéance du terme de mon mandat, du moins à titre de directeur national de la santé publique», a-t-il écrit dans la lettre de démission envoyée à François Legault.

Le Dr Arruda prendra quelques semaines de congé avant de faire son retour au sein de la Santé publique. Il conservera son poste de sous-ministre adjoint au ministère de la Santé et continuera d’appuyer le gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire, et ce, dans un rôle pour l’instant indéterminé.

«Ça me touche parce que le Dr Arruda est quelqu’un de très attachant, a commenté M. Legault. Je pense qu’il y a des avantages à avoir une nouvelle personne qui prend ces décisions-là à la direction de la Santé publique», a-t-il toutefois ajouté.

Le rôle d’Horacio Arruda est à définir. Mais la première chose qu’on lui doit, c’est quelques semaines de vacances.

Christian Dubé, ministre de la Santé

Québec solidaire veut «dépolitiser la gestion de la pandémie»

Selon le Collège des médecins, le nouveau directeur national de santé publique devra bénéficier «de la plus grande indépendance dans ses avis pour assurer l’adhésion de la population». Québec solidaire abonde dans le même sens: pour le parti, la nomination du successeur du Dr Arruda représente «une occasion pour dépolitiser la gestion de la pandémie».

«Québec solidaire propose à François Legault d’inclure les partis d’opposition dans le processus de nomination de la personne qui lui succédera et qu’elle soit nommée par les deux tiers de l’Assemblée nationale», indique Gabriel Nadeau-Dubois sur ses réseaux sociaux. Le Parti québécois a exprimé son accord quant à cette proposition.

En conférence de presse, François Legault a rappelé la nécessité pour «les partis de se serrer les coudes». Dorénavant, des rencontres hebdomadaires seront tenues entre le gouvernement et l’opposition. «On pourra répondre à leurs questions et, évidemment, écouter leurs suggestions. On ne possède pas la vérité, il faut travailler ensemble pour prendre les meilleures décisions dans l’intérêt des Québécois», rappelle M. Legault.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet