Politique

Pandémie: Dominique Anglade se retire des rencontres avec Legault

Dominique Anglade, chef du Parti libéral du Québec
La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade Photo: Josie Desmarais/Métro

La cheffe libérale Dominique Anglade se retire de la deuxième rencontre prévue entre les oppositions et le premier ministre François Legault pour parler de la pandémie.

Ces rencontres sont tenues à la demande des partis d’opposition chaque semaine, les vendredis, depuis la mi-décembre. Elles permettent aux partis de discuter des stratégies du gouvernement dans la lutte à la COVID-19, et d’apporter des propositions.

Mme Anglade aurait souhaité que les médias puissent assister à ces rencontres hebdomadaires. C’est ce qu’elle a confirmé, en relayant un article de La Presse dans lequel son départ des rencontres hebdomadaires est dévoilé.

Le cabinet a refusé d’en indiquer davantage à Métro. «On ne sera pas une ligne de communication de plus pour François Legault», s’est-on contenté de mentionner.

Ces rencontres virtuelles prendront fin au mois de février, lorsque les élus effectueront leur retour à l’Assemblée nationale. Dominique Anglade espérait d’ailleurs que les élus puissent faire leur retour au Salon bleu dès la mi-janvier, considérant qu’un débat devait être tenu sur les méthodes prises pour lutter contre la montée du variant Omicron.

Le gouvernement avait refusé sa proposition, rappelant que la Santé publique recommandait le télétravail, et que de siéger aurait été «contre-intuitif».

Jeu politique allégué d’Angalde

Dans le camp de François Legault, on estime que Dominique Anglade y est allée de cette sortie pour «marquer des points politiques». «De notre côté, nous n’allons certainement pas entrer dans son jeu», réagit le cabinet du premier ministre dans un échange avec Métro. «Par le passé, ces rencontres nous ont permis d’avoir une belle collaboration avec les oppositions, notamment avec son prédécesseur Pierre Arcand.»

«C’est dommage que ce ne soit plus le cas, enchaîne-t-on. Nous continuerons d’être transparents et de fournir les avis et les informations derrière les décisions prises par le gouvernement et la Santé publique.»

Le conseiller d’Ensemble Montréal dans Ville-Marie, Serge Sasseville, s’est rangé du côté de Mme Anglade. Selon lui, les rencontres qu’ont les élus municipaux chaque lundi avec la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, se déroulent avec beaucoup d’interruptions.

«On tente de nous couper la parole dès que nos interventions contestent les mesures du gouvernement», a-t-il indiqué, sur Twitter.

Participation soutenue

Les autres partis d’opposition invités aux rencontres continueront d’y participer. Le solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a d’ailleurs profité de l’occasion pour lancer une flèche à Dominique Anglade, rappelant que «la gestion de la pandémie, ce n’est pas un spectacle pour attirer l’attention».

«Je vais continuer d’utiliser toutes les occasions, en public comme en privé, pour questionner le PM et obtenir des réponses. C’est notre travail», a-t-il rappelé sur Twitter.

Le Parti québécois a plutôt sympathisé avec les libéraux sur la question, avouant que les rencontres hebdomadaires avec François Legault étaient un «simulacre». «Je comprends les frustrations de Dominique Anglade, mais je vais y retourner pour réitérer les demandes du Parti québécois».

Le Parti québécois souhaite que le gouvernement et la Santé publique communiquent de manière indépendante, notamment en organisant des points de presse distincts.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet