Culture

The Drive tour @ Théâtre Corona

Photo: Kris Maccotta
  • The Drive tour (College + Anoraak + Electric Youth) @ Théâtre Corona
    Mercredi 25 juillet

J’ai une drôle de relation avec le cinéma. Ça va par passe. Par exemple, je n’ai vu aucun film de Xavier Dolan. J’ai tué ma mère, pas vu. Les amours imaginaires, pas vu. Laurence Anyways, pas vu. J’aime attendre d’être dans un mood particulier pour voir un certain genre de film. Faut croire que je me sens rarement «Xavier Dolan». Même chose pour le film Drive, du Danois Nicolas Winding Refn, mettant en vedette Ryan Gosling. Ça m’a pris près d’un an après sa sortie pour le voir, même si tous mes amis s’étaient déjà extasiés sur Facebook : «FILM DE GÉNIE». «FILM CULTE». «PLUSSS MEILLEURE CHOSE MAAAAANNNN».

Évidemment, j’ai été un peu déçu. Mes attentes étaient impossibles à satisfaire. Avec le hype, je m’attendais à un chef d’œuvre. Par contre, j’ai compris où le génie a frappé. La trame sonore est au cœur du film. Elle est aussi importante que l’histoire et les acteurs, en plus d’avoir une couleur unique. Grâce, entre autres, aux compositeurs College, Anoraak et Electric Youth, Drive assume à fond son côté électro-pop kitsch des années 1980. Un son qu’on avait relégué aux oubliettes…

C’est en 2007 que le DJ et producteur français David Grellier, alias College, a ramené ce son au goût du jour avec le blogue Valerie (valeriecollective.com). Rapidement, son blogue a évolué en collectif et a donné naissance à plusieurs projets ayant les mêmes influences et intérêts. Des projets comme Anoraak, The Outrunners ou Minitel Rose ont tous évolué au sein du même collectif. Une musique imagée faite sur mesure pour des films ou des jeux vidéo. Pas étonnant que le réalisateur de Drive leur ait demandé de collaborer à la trame sonore de son long métrage. Ils ont fait d’un film «correct», un film que certains considèrent comme un chef-d’œuvre. Preuve de son importance, cette musique voyage maintenant d’elle-même. Combien de trames sonores donnent lieu à des tournées nord-américaines de 25 spectacles en un mois? J’en connais une seule. Théâtre Corona, 2490, rue Notre-Dame Ouest

  • Nomadic Massive @ Le Belmont
    Samedi 21 juillet

Ça fait un bout qu’on a entendu du nouveau matériel du groupe local Nomadic Massive. Je dis local, mais c’est probablement LE groupe le plus métissé et éclectique du Québec. Haïti, Chili, Algérie, Argentine, Canada. Pas étonnant que ses membres aient des influences aussi diverses que leurs origines. À mi-chemin entre le hip-hop et la musique du monde, Nomadic Massive fait avant tout dans la musique rassembleuse et festive. Les spectacles de la formation mêlent tous les éléments de la musique actuelle à la richesse du folklore musical des pays d’origine des neuf musiciens. Ces derniers lanceront leur nouveau mixtape Supafam demain au Belmont en compagnie des DJ Kaytradamus et Dr. Mad, qui devraient ouvrir et fermer le bal. Le Belmont, 4483, boul. Saint-Laurent

Articles récents du même sujet