Culture

Pour qu’homoparentalité rime avec normalité

Photo: Collaboration spéciale

Parce qu’il existe toutes sortes de familles et toutes sortes d’enfants, l’auteure Ariane Bertouille poursuit les aventures d’Ulysse. Le roman Ulysse, alias Easy Loup Galop, destiné aux enfants de huit ans et plus, raconte l’histoire d’un petit garçon comme les autres, qui a une petite sœur et… deux mamans lesbiennes.

La parution du livre offre l’occa­sion de souligner les 10 ans de la Loi québécoise instituant de nouvelles règles de filiation qui accorde l’égalité juridique aux couples homosexuels et aux familles homoparentales. Entretien avec l’auteu­re Ariane Bertouille, qui vient de faire paraître son premier roman jeunesse.

Qu’est-ce qui vous a motivée à écrire un roman jeunesse?

Depuis qu’on a sorti l’album Ulysse et Alice, qui s’adresse aux 3-4 ans, une formation a été mise sur pied avec le ministère de l’Éducation dans les écoles primaires. Je trouvais intéressant de continuer les aventures d’Ulysse et de créer un outil destiné aux plus de huit ans.

Est-ce une manière de faire valoir les droits des homosexuels?
L’identité du Québec par rapport à l’homosexualité est assez particulière puisque les parents de même sexe ont les mêmes droits, depuis 10 ans, que tous les autres parents. Et, pour moi, c’est important qu’il y ait une reconnaissance sociale de cette loi.

Trouvez-vous qu’on ne parle pas assez de l’homoparentalité dans les livres jeunesse?

Dans les livres pour adolescents, le sujet est plus abordé que dans la littérature pour enfants. Et surtout, il est très rarement question de familles homoparentales dans les ouvrages. Ce projet d’écriture est surtout conçu pour que chaque enfant se reconnaisse dans sa littérature, qu’il puisse reconnaître son identité.

Quelle est l’importance de parler d’homoparentalité aux plus jeunes?
Mon but est surtout de prévenir l’homophobie. Bien qu’elle s’exprime plus à l’adolescen­ce, elle doit être prévenue dès le plus jeune âge. Et une des façons de le faire est de démontrer que deux adultes du même sexe qui sont amoureux sont à respecter!

Outre l’homophobie et l’intimidation vous abordez le thème de la différences en générale…
Quand un enfant est différent, ou que sa famille est différente, il peut subir de l’intimidation. Je voulais l’exposer, dire que ce sont des choses qui existent et qu’il est important que des adultes, en autorité, y réagissent. La notion de différences englobent tout : la couleur de peau, la composition familiale, l’apparence physique, les goûts, etc.

Dans votre roman, il est bien question d’homoparentalité et non d’homosexualité?
Il s’agit bien d’un roman qui parle d’homoparentalité, donc de respect d’un type de composition familiale. Dans l’album comme dans le roman, j’ai posé cette réalité-là, mais elle ne sert que de contexte, puisqu’il y a une intrigue qui pourrait se dérouler dans n’importe quelle autre famille. Parler d’homosexualité et de sexualité en général au primaire, c’est un peu délicat.

Une fillette a lu votre livre et a dit ne pas avoir remarqué le thème de l’homoparentalité. Vous n’avez pas peur qu’il soit relégué au second plan par l’histoire?
Je suis contente d’avoir ce commentaire! Mais… non, je ne pense pas. Peut-être que cette lectrice l’a peu remarqué parce que c’est une réalité qui, pour elle, n’est pas étrange. Mais au Québec, il y a une grande diversité de familles et de cultures; et il y a beaucoup d’enfants qui ne savent pas que l’homosexualité est une réalité légale qui est acceptée. Ceux qui ignorent cette réalité se diront : «Ouin, il a deux mères! Il est où son père?»

Est-ce que c’est un sujet qui vous tient à cœur?

Oui, puisque je fais moi-même partie d’une famille homoparentale! J’ai deux enfants avec ma conjointe, alors c’est certain qu’il y a une motivation personnelle par rapport à mes propres enfants. On les a mis au monde, et il y a encore du travail à faire pour que notre famille soit socialement acceptée.

Vous êtes-vous inspirée de votre propre histoire pour créer vos personnages?
Pas vraiment! Si ce n’est que des deux mamans, il y en a une qui est d’origine étrangère, ce qui est notre situation aussi. C’est probablement inconscient. Sinon, on fait aussi des crêpes chez nous le samedi matin! (rires)

Ulysse, alias Easy Loup Galop
Éditions Les éditions du Remue-Ménage
Dès 8 ans

Articles récents du même sujet