Culture

Critiques CD de la semaine du 18 au 22 août 2008

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de
Divine Brown, Emi Bond, Xavier Rudd, The Academy Is… et Seckou Keita
Skq.

 Soul Explosif
 Divine Brown
 The Love Chronicles (4/5)

 
La
Cana­dienne a voulu faire de son second CD un voyage dans le temps, en
revisitant les différentes périodes de la musique soul. Cela, avec des
chansons originales qu’elle coécrit la plupart du temps. La chanteuse à
la voix magnifique, jamais ennuyante, se fait tantôt puissante, tantôt
aérienne, collant parfaitement aux arrangements qui rappellent les
années 1950 (Sweet Surrender), 1960 (Lay It On The Line), 1970 (Best
Friend, It’s Over) ou 1980 (l’excellente Sunglasses, écrite avec Nelly
Furtado), avec une touche actuelle. On dit que Divine Brown est une
bête de scène. Avec ces chansons, ce sera explosif!                 
                     
– Eric Aussant

 «Rock» sucré
 Emi Bond
 Emi Bond (3,5/5)

Emi
Bond est une petite nouvelle dans le paysage musical québécois. Avec
son premier album épo­nyme, on découvre une auteure-compositrice de
talent, avec une voix riche, et dont les premiers pas sont prometteurs.
La jeune Gaspé­sienne propose des textes simples mais intéressants
soutenus par un style musical riche fignolé par le réalisateur Philippe
Brault. Guitares acoustiques et électriques se relaient sur des pièces
tantôt folk ou plus rock. On sent qu’à seulement 23 ans, Emi Bond ne
s’est pas ecnore tout à fait trouvée musicalement, mais on attend la
suite avec impatience.
– Geneviève Vézina-Montplaisir

 Plus sombre
 Xavier Rudd
 Dark Shades of Blue (3/5)

 
Avec son sixième CD, Xavier Rudd nous ouvre les portes d’un côté plus sombre de son univers. Son didgeridoo occupe toujours une bonne place sur Dark Shades of Blues mais il n’est plus accompagné de guitares légères et ensoleillées. Avec l’apport du réalisateur Joe Barresi (Tool, Queens of the Stone Age), la distorsion est au rendez-vous et les envolées musicales et souvent expérimentales sont très
présentes. Certains fans de l’artiste australien seront peut-être déçus de cette nouvelle direction, mais d’autres diront qu’il était temps que le chanteur et multi-instrumentaliste se renouvelle.  
– Geneviève Vézina-Montplaisir

 Trop propre
 The Academy Is…
 Fast Times at Barrington High (2,5/5)

Les gars de The Academy Is… récidivent avec leur quatrième album, Fast Times at Barrington High. La formation de Chicago donne dans la pop punk avec des chansons courtes et accrocheuses. L’album enfile à toute vitesse ses 12 titres assez simples, mais efficaces. Les membres de The Academy is… gagneraient par contre à délaisser leur côté un peu trop propret pour offrir une musique plus inspirée et moins aseptisée. Quand même, Fast Times at Barrington High est bien fait, et l’écoute en est agréable. Le groupe sera au Medley, à Montréal, le 21 novembre.
– Mathieu Horth Gagné

 Afrique celte
 Seckou Keita Skq
 The Silimbo Passage (2,5/5)

 
Le quintette Seckou Keita Skq porte les marques d’une intégration sociale réussie. Le groupe britannique, formé majoritairement d’Africains de l’Ouest en exil, a fait le pari d’inclure le violon et la contrebasse à ses rythmes sénégalais et gambiens. Résultat : malgré la forte présence de kora et de djembés, on flirte très souvent avec la musique celte! Le mé­tissage est plus ou moins bien réussi, les rythmes africains étant prédominants. Et les thèmes, comme la loyauté, la famille et le succès, constituent un clin d’Å“il aux réalités du continent noir. Le résultat final manque cependant un peu de rythme.  
– Danika Landry
Évaluation: 5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet