Culture

Cotes d'écoute du 31 décembre: Radio-Canada domine mais perd des plumes

Marc-André Lemieux - Métro

Même sans véritable Bye Bye, Radio-Canada a poursuivi sa domination de la Saint-Sylvestre. Diffusée de 21 h 30 à 0 h 10, l’édition spéciale de Tout le monde en parle a attiré un peu plus de 1 800 000 téléspectateurs à l’antenne de la société d’État, selon les données préliminaires d’auditoire de la maison BBM. Il s’agit d’une hausse de 150 000 téléspectateurs par rapport à l’an dernier, où Guy A. et sa bande avaient ravi 1 658 000 curieux de 19 h à 21 h 30.

Mais lorsqu’on compare la performance de l’émission avec celle du Bye Bye 2008, son étoile pâlit légèrement. La controver­sée revue de fin d’année de Véronique Cloutier et de Louis Moris­sette avait franchi le cap des 3 000 000 de téléspectateurs à sa première diffusion, et de 1 450 000 le lendemain. Le 1er janvier, la reprise de Tout le monde en parle a frôlé la barre du million avec 964 000 curieux.

L’absence de Bye Bye (si on ne tient pas compte des cinq sketchs plus ou moins réussis présentés à la fin de Tout le monde en parle) a eu un impact sur l’ensemble de la programmation radio-canadienne du 31 décembre. Les émissions de Et Dieu créa… Laflaque et d’Info­man ont toutes deux connu une baisse d’auditoire. Les cotes de la première ont diminué de 225 000 téléspectateurs (pour s’établir à 773 000), tandis que celles de la seconde ont fléchi de 430 000 (pour s’installer à 1 112 000).

Cette chute d’audience a grandement profité à TVA, qui a vu son Dieu merci, l’année est finie! grimper de 300 000 téléspectateurs. Présentée à 20 h, l’émission animée par Éric Salvail et mettant en vedette René Simard, Marina Orsini, Les Grandes Gueules et Marie-Mai a rassemblé pas moins de 1 663 000 fêtards autour du petit écran. De leur côté, Télé-Québec et V ont ramassé les miettes.

Articles récents du même sujet