Culture
08:55 21 mai 2020 | mise à jour le: 21 mai 2020 à 15:58

La simplicité selon Jimmy Hunt

La simplicité selon Jimmy Hunt
Photo: Béatrice Vézina-Bouchard/Collaboration spécialeJimmy Hunt

Jimmy Hunt conjugue solitude, haïku, microbiote et indépendance d’esprit sur son quatrième album solo, Le silence, surprise bienvenue au cœur d’un «printemps pas comme les autres».

Depuis le début du confinement, les sorties musicales, littéraires ou cinématographiques sont généralement repoussées aux calendes grecques, faute de visibilité.

L’iconoclaste Jimmy Hunt, lui, a décidé de prendre le chemin inverse.

Le silence, son premier opus solo depuis Maladie d’amour, salué de deux Félix en 2014, a plutôt été devancé, de l’automne à la mi-mai.

«Tout était prêt pour le sortir, mais on attendait l’automne parce ce qu’on se disait qu’il ne contenait pas exactement des thèmes printaniers. Mais finalement, c’est un printemps pas comme les autres. Les gens ont le temps de se plonger dans des œuvres», raconte au bout du fil l’auteur-compositeur-interprète.

Peut-être aussi parce que Le silence est né dans un contexte qui ressemble beaucoup à celui dans lequel nous sommes tous plongés.

Isolé dans sa maison de Maria, en Gaspésie, loin de ses proches et de la ville, le leader du groupe Chocolat a eu tout le temps voulu pour créer un album introspectif finement ciselé.

«J’ai toujours créé dans une certaine solitude, mais cette fois-ci, c’était particulier parce que je n’avais pas l’espèce de bain social dans lequel je suis plongé en ville. Ç’a amené une autre dimension dans ma création, admet-il. On se nourrit toujours de nos expériences sociales dans notre écriture. Moins on en a, plus on aborde les grandes questions métaphysiques et la nature de l’existence. Ça nous ramène à l’universel.»

«Je veux que ma musique se rende aux oreilles intéressées, ça c’est certain. Mais je pense pas que de voir mon nom partout qui va aider à ça. Ma musique peut circuler d’elle-même.» Jimmy Hunt, auteur-compositeur-interprète, à propos de sa discrétion médiatique

Derrière le dandy un peu fantasque qui chantait Motocross sur son premier album se cache-t-il donc un ermite?

«Ermite, ce n’est peut-être pas le bon mot. Le philosophe Emil Cioran a déjà écrit: “l’ermite, c’est le sociable déçu”. Au fond, le vrai ermite n’existe peut-être pas. Je dirais que j’aime le monde, mais que j’aime aussi avoir de l’espace et de la solitude.»

Le silence est d’or

De cet isolement volontaire est donc né un album pop folk, économe en temps et en mots.

Selon nos calculs, l’ensemble des paroles remplirait l’équivalent d’une feuille mobile.

La plus longue chanson fait 3 min. 16 sec., la plus courte 1 min. 6 sec. Le tout dure 25 minutes top chrono.

Côté textes, les 10 morceaux rappellent par moment les haïkus, ces courts poèmes japonais.

Plusieurs pièces ne tiennent qu’en quelques lignes comme Ambulance, qui raconte le décès subit de son père, (Ils ont transporté ton corps inanimé /Tu étais sans histoire à leurs yeux étrangers /Moi je sais que t’étais un dieu) ou encore La chute, qui ne tient qu’en deux phrases (En février la chute coule derrière son manteau bleu/Infatigable chorale sans spectateurs).

Le chanteur du turbulent groupe rock Chocolat ne s’est peut-être pas transformé en maître zen, mais il reconnaît que l’exercice de concision lui a plu.

«Souvent dans l’écriture, on part d’une phrase qui nous intéresse et on développe autour. Sur cet album, j’ai laissé tomber la phase où j’ajoutais du crémage. J’ai voulu ramener ça à l’essentiel. Je me  demandais si l’émotion et le message passaient. Si je sentais que oui, je laissais le texte tel quel», illustre-t-il.

«Si j’avais poursuivi l’écriture, j’aurais un peu endommagé l’idée profonde derrière ça. C’est devenu une forme d’exercice de style. Ça fait un album très court, mais j’ai l’impression que les images et l’essentiel sont là.»

Humour et pudeur de Jimmy Hunt

L’humour ironique de Jimmy Hunt n’est pas loin non plus, notamment sur Vieux amis qui, sur un air entraînant, témoigne de sa fascination pour ces micro-organismes qui peuplent nos intestins.

«C’est un sujet qui m’intéresse vraiment, mais je trouvais drôle de parler d’intestins sur des accords qui rappellent ceux qu’utilisait Bruce Springsteen lorsqu’il chantait des grandes causes sociales. Il nous trouble un peu ce deuxième cerveau dans notre ventre. C’est peut-être une nouvelle façon de se demander: “qui suis-je?”», questionne-t-il sur un ton mi-sérieux mi-blagueur.

Lorsqu’il aborde des sujets plus sérieux comme le deuil, la nostalgie ou la perte, Jimmy Hunt se fait toutefois plus pudique, comme si les mots en disaient moins que le silence qui les entoure.

Une direction logique pour un créateur discret qui a toujours laissé parler sa musique avant sa personne.

«La pudeur, ce n’est pas nécessairement une censure, explique-t-il. Ça universalise les thèmes, ça rend le propos plus accessible à tout le monde et plus facile à s’approprier.»

«Plus jeune, j’ai écrit des textes plus impudiques, mais ce n’est pas quelque chose que j’avais envie de refaire. Comme c’était des sujets très sensibles, j’avais envie de les aborder délicatement. Pour que ça ne devienne pas de l’exhibitionnisme.»

Articles similaires