Culture
09:17 22 mai 2020 | mise à jour le: 22 mai 2020 à 09:17 temps de lecture: 5 minutes

7e Ciel: on craque pour The Dears, «Never Have I Ever», «Premières solitudes»…

7e Ciel: on craque pour The Dears, «Never Have I Ever», «Premières solitudes»…
Photo: Richmond Lam/Collaboration spécialeLovers Rock, 11e album du groupe montréalais The Dears, est disponible sur les plateformes d’écoute en ligne

Les journalistes de Métro vous présentent leurs sept coups de cœur culturels de la semaine, dont le dernier album de The Dears, la série Never Have I Ever et le documentaire Premières solitudes.

Lovers Rock de The Dears

Le monde court à sa perte et The Dears encapsule les sensations fortes qui découlent de ce dur constat sur Lovers Rock. À eux seuls, les titres de certaines chansons en disent long: Instant Nightmare! (avec un point d’exclamation), The Worst In Us, Stille Lost ou No Place on Earth, tous des morceaux coups de cœur. Le quintette indie-rock montréalais qui, mine de rien, roule sa bosse depuis déjà une vingtaine d’années, aurait pu écrire cet album en réaction à la crise de coronavirus tant il a des airs de fin du monde. Une fin du monde romantique, grandiose, somptueuse. Une fin du monde qu’il fait bon vivre accompagné de la voix chaleureuse de Murray Lightburn et des mélodies à fleur de peau de The Dears, dans lesquelles guitares, violons, cuivres et piano se côtoient dans une sombre et inquiétante, mais lumineuse harmonie.
Marie-Lise Rousseau

Never Have I Ever

Après nous avoir offert des moments mémorables et hilarants dans The Office et The Mindy Project, la productrice, scénariste et actrice Mindy Kaling revient avec une très chouette série explorant le merveilleux monde (c’est selon!) de l’adolescence. Si la trame narrative semble simplette à première vue – Devi (Maitreyi Ramakrishnan) et ses deux amies bolées désirent plus que tout devenir cool –, elle gagne en profondeur au fil des épisodes en parlant sans tabou – comme sa protagoniste – d’amour, de famille, de deuil et d’identité. Elle réussit même l’exploit de nous faire verser une larme sur Beautiful Day de U2.
Sur Netflix
Marie-Lise Rousseau

Premières solitudes

Le documentaire de Claire Simon donne la parole à de jeunes Français du secondaire en banlieue parisienne qui discutent entre eux, avec beaucoup de sincérité et de clairvoyance, de leurs rapports familiaux, amicaux et amoureux. Au fil de leurs intimes conversations, nous sommes plongés dans l’adolescence – la leur, bien sûr, mais aussi la nôtre – avec les espoirs, tout comme l’étrange solitude, qui l’accompagnent. La réalisatrice filme avec émotion la fin de l’enfance, qui peut sonner comme une délivrance, mais aussi un moment douloureux.
Sur Tënk
Amélie Revert

Julyan

Un peu comme le soleil qui brille de mille feux dans notre ciel depuis quelques jours, le EP éponyme de Julyan est une belle éclaircie dans notre long, mais nécessaire confinement. Les cinq titres du premier mini-album du talentueux Julien Chiasson (membre de Seasons et frère d’Hubert Lenoir) en solo sont très prometteurs. Les mélodies entraînantes nous donnent envie de filer le plus loin possible en voiture, mais c’est plutôt dans notre tête que l’échappée se fera en attendant de jours meilleurs. Nos chansons préférées: Rebel Now Now et Look at Me, Look at You.
Amélie Revert

Les choses de la vie

Le titre du film réalisé par Claude Sautet en 1970 est on ne peut plus équivoque : lors d’un accident de voiture qui va lui être fatal, Pierre revoit certains moments marquants de sa vie, accompagné des personnes qu’il aime. Entre amour, amitié, tendresse, absence et trahison, il s’agit bien des choses de la vie, tout simplement. L’occasion de voir un grand film sentimental dans lequel a tourné Michel Piccoli (disparu le 12 mai) aux côtés d’une éblouissante Romy Schneider.
Au cinemamoderne.com
Amélie Revert

Tuné In

Arthur Comeau, musicien de talent et ancien membre de Radio Radio, se transforme en animateur télé pour Tuné In. Le concept est simple: le rappeur va à la rencontre d’un artiste éloigné de son univers musical (genre Jonathan Painchaud ou Patrick Norman) et lui propose de remixer une de ses chansons selon sa saveur bien personnelle. En retour, l’artiste invité interprète aussi une chanson tirée du répertoire de Comeau. Si le Néo-Écossais est visiblement plus à l’aise derrière une console de son que devant une caméra, sa bonhomie et son humour font de Tuné In une émission éminemment sympathique.
Sur Unis TV 
Benoit Valois-Nadeau

Code C.

Après Code F. pour filles et Code G. pour garçons, place à Code C. pour confinement. De retour devant la caméra le temps de cinq épisodes, Maripier Morin, Marianna Mazza, Catherine Éthier, Félix-Antoine Tremblay, Pier-Luc Funk, Julien Lacroix et Mehdi Bousaidan se confient sans filtre et avec beaucoup d’autodérision sur divers aspects de leur quotidien en confinement. Relations amoureuses, gestion parentale, linge mou et 5 à 7 virtuels font partie des thèmes abordés par ces amusantes personnalités qui n’ont aucune gêne à parler des aspects les moins glamour de leur nouvelle vie. La preuve en une citation: «Je pète à tout vent».
Sur Crave dès samedi
Marie-Lise Rousseau


Et on se désole pour…

Les départs de grands artistes

En l’espace d’une semaine, des monuments de la culture nous ont quittés. Quelques jours après la chanteuse Renée Claude, les comédiennes québécoises Monique Mercure et Michelle Rossignol ont rendu l’âme, tout comme l’acteur français Michel Piccoli et le comédien américain Jerry Stiller. Afin de leur rendre un dernier hommage et de ne pas les oublier dans la tempête COVID-19, pourquoi ne pas en profiter pour (re)découvrir leurs riches filmographies?
Marie-Lise Rousseau

Articles similaires

03:47 22 octobre 2008 | mise à jour le: 22 octobre 2008 à 03:47 temps de lecture: 4 minutes
L'après Yolande Wong