Culture
12:23 18 septembre 2020 | mise à jour le: 18 septembre 2020 à 16:31 temps de lecture: 2 minutes

Crise au MBAM: démission de Michel de la Chenelière, président du C.A.

Crise au MBAM: démission de Michel de la Chenelière, président du C.A.
Photo: Josie DesmaraisLe Musée des beaux-arts de Montréal

Michel de la Chenelière, président du conseil d’administration du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), a annoncé vendredi qu’il quittait ses fonctions. Pierre Bourgie a été désigné pour lui succéder.

Il a fait part de sa décision pour permettre à l’institution montréalaise «de véritablement entrer dans une nouvelle ère de développement». Michel de la Chenelière sera toutefois président du C.A. jusqu’à la fin de l’Assemblée générale des membres du MBAM, soit le 29 septembre.

Fin juillet, une centaine de membres de la Corporation du MBAM avaient réclamé la tenue d’une assemblée spéciale afin d’écarter onze membres du conseil d’administration, dont Michel de la Chenelière.

«Je continuerai à travailler à la pérennité de cette institution pour laquelle j’ai consacré une bonne partie de ma vie. Je m’investirai afin que le [MBAM] puisse consolider sa place parmi les grands musées du monde», a déclaré Michel de la Chenelière dans un communiqué.

Il avait notamment participé à la création de l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie, qui reçoit chaque année plus de 300 000 participants.

«C’est avec le sentiment bien légitime d’avoir contribué, solidairement avec le conseil d’administration, au mieux-être et à l’épanouissement des employés du Musée que je passe le flambeau à Pierre Bourgie, un homme pour qui j’ai le plus grand respect», a-t-il dit.

L’homme d’affaires, mécène et ancien président du C.A. du Musée d’art contemporain Pierre Bourgie aura ainsi pour tâche première d’épauler le comité de recrutement de la personne qui prendra le poste de la direction générale du MBAM. Une crise secoue en effet le Musée depuis le congédiement de Nathalie Bondil, son ancienne directrice, à la mi-juillet par Michel de la Chenelière.

Celle-ci suscitait de vives critiques à l’interne, allant jusqu’à des allégations de harcèlement psychologique. Nathalie Bondil aurait ainsi été responsable d’un climat «toxique» au MBAM.

«J’entrevois l’accueil prochain d’un.e directeur.rice avec une vive émotion. Le Conseil et moi-même travaillerons avec détermination et fierté, tout en gardant à l’esprit l’exceptionnel héritage laissé par Michel et ses prédécesseurs», a souligné Pierre Bourgie.

Pierre Bourgie a déjà été membre du C.A. du MBAM, de 2009 à 2018.

Articles similaires