Culture
11:49 23 novembre 2020 | mise à jour le: 23 novembre 2020 à 11:49 temps de lecture: 2 minutes

«Je m’appelle humain» au palmarès du festival Cinemania

«Je m’appelle humain» au palmarès du festival Cinemania
Photo: Collaboration spéciale CinemaniaJoséphine Bacon dans «Je m'appelle humain» de Kim O’Bomsawin

Le documentaire de Kim O’Bomsawin, Je m’appelle humain, a reçu lundi le Prix Visages de la francophonie TV5 de la 26e édition de Cinemania. Celui-ci brosse un portait délicat de la poétesse Joséphine Bacon.

«Film percutant et lumineux qui n’a laissé personne indifférent. Pour les enjeux de francophonie on-ne-peut-plus pertinents et fondamentaux, pour la réconciliation et la réflexion proposées par le sujet et par la mise en scène, pour le regard amoureux de la cinéaste sur le territoire, et, avant tout, pour la mémoire, nous remettons le prix Visages de la francophonie à Je m’appelle humain de Kim O’Bomsawin», a justifié le jury présidé par la comédienne Juliette Gosselin dans un communiqué.

«Dans le film, Joséphine Bacon dit, au sujet des aînés: « On a besoin d’eux, pour nos enfants, pour qu’ils leur racontent le début du monde. » Nous, nous croyons que nous avons aussi besoin de ce film», a-t-il poursuivi.

Le Prix Rayonnement pour le Meilleur long-métrage québécois ou en coproduction a été remis à La nuit des rois de Philippe Lacôte. Cette fiction qui prend place dans une prison d’Abidjan avait par ailleurs ouvert la 26e édition du festival.

Si le vent tombe de Nora Martirosyan, film franco-arménien relatant le conflit qui fait en ce moment rage dans le Haut-Karabakh, a quant à lui obtenu une Mention Spéciale du Jury.

Côté court métrage, le Prix AQCC NESPRESSO a été décerné à Landgraves de Jean-François Leblanc

Tous les films figurant au palmarès de Cinemania cette année sont accessibles jusqu’à mardi sur la plateforme du festival.

Enfin, le Prix du Public Mel Hoppenheim sera dévoilé mercredi.

Articles similaires