Culture
08:33 27 novembre 2020 | mise à jour le: 27 novembre 2020 à 10:35 temps de lecture: 6 minutes

7e ciel: on craque pour «Les filles montagnes», «Southern Sorceresses», «L’année du singe»…

7e ciel: on craque pour «Les filles montagnes», «Southern Sorceresses», «L’année du singe»…
Photo: Collaboration spécialeLes filles montagnes

Les journalistes de Métro vous livrent leur sept coups de coeur culturels de la semaine dont l’album Les filles montagnes, le documentaire Southern Sorceresses et l’exposition des finissantes du Centre Design et Impression Textile.

Les filles montagnes de Viviane Audet

L’an dernier, plusieurs créations ont commémoré les 30 ans de la tragédie de Polytechnique. La musicienne Viviane Audet y avait contribué en composant la trame sonore du documentaire Polytechnique : ce qu’il reste du 6 décembre. La revoici avec un album complet de 11 pièces instrumentales au piano et au wurlitzer qui rend un hommage doux, sincère, émouvant et lumineux aux victimes et aux survivantes de ce féminicide. Chaque titre évoque une facette du drame, comme Le piège, longue et sombre pièce dans laquelle les silences en disent aussi long que les notes graves et appuyées de piano. Ce touchant périple sonore émeut par la beauté de ses mélodies et sa retenue. À écouter en ordre chronologique, les yeux fermés de préférence, pour faire jaillir toute l’émotion qui s’en dégage et se laisser porter au recueillement. Saluons au passage la magnifique illustration de la pochette, réalisée par Mélanie Boulay, du duo Les Sœurs Boulay.
En vente dès aujourd’hui. Un lancement virtuel aura lieu le 3 décembre, tous les fonds iront au Comité mémoire pour Polytechnique.
Marie-Lise Rousseau

Southern Sorceresses

Qui sont ces «sorcières du Sud» qui prêtent leur nom à ce docu? Ce sont des artistes et activistes qui militent pour les droits et la reconnaissance des minorités de São Paulo, au Brésil. Ce sont des personnes racisées, immigrantes, autochtones et de la communauté LGBTQ+ qui font front commun pour un monde meilleur avec une grande dose d’humour, de créativité et de passion. Par leurs performances de rue, iels revendiquent haut et fort leurs identités. Réalisé par Eliane Caffé, Carla Caffé et Beto Amaral, ce film fait la dynamique démonstration que l’union fait la force.
Sur enligne.ridm.ca jusqu’à mercredi
Marie-Lise Rousseau

L’expo des finissantes du Centre Design et Impression Textile

Couleurs vibrantes, textures délicates et motifs poétiques… les étudiantes du DEC 2020 présentent leurs collections au public après des mois de créativité et de labeur. Des carrés de soie aux kimonos raffinés, en passant par un bleu de travail espiègle, des robes aériennes et d’intenses noirs et blancs : voilà six univers prometteurs, aux antipodes les uns des autres, à découvrir le temps d’une sortie qui met du soleil dans nos cœurs.
Jusqu’au 18 décembre, sur inscription à services@designtextile.qc.ca
Amélie Revert

L’année du singe de Patti Smith

En 2016, l’année de ses 70 ans, la folie semble «s’emparer du monde», constate Patti Smith dès l’ouverture, empruntant les mots du poète Artaud. Non seulement l’artiste voyageuse assiste, impuissante, à l’élection de Donald Trump, mais pressent aussi la disparition prochaine de ses amis les plus chers, dont l’acteur Sam Shepard. Hantée par les deuils à faire, dont celui de sa propre existence, et armée d’une poésie exquise, Smith signe un chef-d’œuvre littéraire sublime, aux confins du rêve et du monde.
Aux éditions Gallimard
Céline Gobert

Le numéro d’automne de Caribou

L’équipe du magazine Caribou a du flair. Avant même que la pandémie ne se pointe le bout du nez, elle prévoyait ce numéro spécial sur les épiceries. Cette édition prend tout son sens dans le contexte qu’on connaît. Au-delà de la ruée sur la farine, la levure et le papier de toilette, Caribou explore et analyse page après page les 1001 facettes de ce monde fascinant et méconnu qui nous est pourtant si familier. Au passage, il rend un bel hommage aux travailleurs de ces services essentiels.
En kiosque
Marie-Lise Rousseau

Queerment Québec à image+nation

Le festival de films LGBTQ+ est l’occasion, entre autres, de découvrir les talents d’ici. Grâce au programme double Queerment Québec, on a ainsi accès à huit très bons courts métrages. Volte-face, Confinée, The Vanity... Tous rivalisent d’inventivité, mais on ne peut pas passer à côté de l’atmosphère kitsch et weird de Memento Mori réalisé par Derk Elliott Bagley. Deux sœurs, leurs ados et une bonne dévoyée attendent impatiemment la mort d’une matriarche à l’agonie. Le dernier souffle rendu, vient le temps pour chacun de régler ses comptes…
Jusqu’au 6 décembre sur watch.eventive.org/in_33
Amélie Revert

How Beauty Holds The Hand Of Sorrow d’Ane Brun

Deuxième album de la prolifique musicienne norvégienne cette année, How Beauty Holds the Hand of Sorrow nous transporte dans un univers énigmatique, presque féérique, et définitivement hors du temps. La voix enveloppante et cristalline d’Ane Brun, accompagnée de son piano aérien, brouille notre espace-temps pour le meilleur. Last Bretah, Trust, Breaking the Surface ou encore Lose my Way, toutes sont bouleversantes.
Disponible sur les plateformes d’écoute
Amélie Revert


Et on se désole pour…

Kaytranada et les médias

Mardi, on apprenait que le DJ et compositeur québécois Kaytranada s’est mérité trois nominations aux Grammy (bravo, encore!). La majorité des médias montréalais, dont Métro, ont relayé la bonne nouvelle. Pourtant, le lendemain, Louis Kevin Célestin de son vrai nom s’est plaint de leur manque de soutien. «Vous me mettez under the rug juste parce que mon projet est …. en anglais… ou simplement pas vos chansons rock classique…», a-t-il gazouillé. On l’accorde, Kaytranada mérite une plus grande notoriété. Peut-être aiderait-il sa cause s’il ne refusait pas autant de demandes d’entrevue…
Marie-Lise Rousseau

Articles similaires