Culture
09:36 27 décembre 2020 | mise à jour le: 27 décembre 2020 à 09:37 temps de lecture: 4 minutes

Patty Jenkins, la force derrière Wonder Woman

Patty Jenkins, la force derrière Wonder Woman
Photo: Collaboration spéciale WARNER BROS. PICTURESPatty Jenkins et Gal Gadot sont des alliés dans l'histoire qui raconte la force émotionnelle de l'héroïne.

Après plusieurs changements dus à la pandémie, le film Wonder Woman 1984 est maintenant disponible au cinéma et en vidéo à la demande.

Nostalgie. Le film se déroule dans les années 80, avec en échantillon de la consommation, de la richesse, de l’art, de la technologie et du glamour.

Mode. Lindy Hemming, la créatrice des costumes, ramène de la couleur et du plaisir dans les tenues.

Pouvoirs. Des armes qui rendent le film unique, avec le lasso de vérité, les bracelets magiques, le diadème et un avion invisible

Wonder Woman 1984 prend un virage à 180° dans l’Histoire, non pas à cause de ses scènes d’actions, mais bien à cause de son récit. Pendant 2 heures et 35 minutes, le personnage de Wonder Woman explore toutes ses capacités, sa lutte intérieure, ses faiblesses et ses forces. Le film représente plusieurs victoires pour la cinéaste: le casting, les années 80, la musique d’Hans Zimmer et une intrigue qui reflète la complexité de la société.

«Je suis satisfait car nous avons réussi à passer les obstacles du tournage grâce à de nombreux effets spéciaux, mais surtout, nous avons décidé de le sortir en cette année de pandémie, ce qui dépasse toute fiction. Le film a beaucoup de cœur, surtout de la part de cette Wonder Woman, qui a un combat intérieur, qui doit décider entre sauver le monde ou l’homme qu’elle aime», a partagé Petty Jenkins.

La cinéaste a reconnu qu’il n’est pas facile de faire un film de super-héros:

«Il y a un équilibre, car certaines personnes qui l’ont déjà vu ont fait remarquer qu’il y avait beaucoup de discours. Mais je pense qu’il compense avec toutes ces parties d’action. Dans le premier film, Diana s’était engagée dans la première vague de mécanisation du monde ; cette fois-ci, elle intervient avec l’humanité au niveau de son succès ou, plus précisément, de son excès. Comme auparavant, il y a quelque chose à apprécier pour tout le public, et beaucoup à adorer pour les passionnés.»

Jenkins a révélé qu’elle admire les personnages tout en action:

«Il y a beaucoup de super-héros maintenant. Je suis une fan et je les admire tous. Mais le but classique des superhéros est qu’ils sont des fantasmes et des idéaux, ce que nous serions si nous le pouvions. C’est ça, les superhéros. Et pour moi, Wonder Woman est la meilleure », a conclu la réalisatrice.

Les personnages: Héros, méchants et armures

Gal Gadot (Wonder Woman)
«Si le premier film a exposé Diana à l’amour romantique, celui-ci explore une autre valeur du personnage. Ce film traite de la vérité, qui semble simple, mais qui est, à bien des égards, très compliquée. En tant que personnes, nous devons apprendre à apprécier l’instant présent».

Kristen Wiig (Barbara Minerva)
«Quand Patty m’a appelé pour le film, j’ai accepté tout de suite parce que j’ai aimé le premier. C’était aussi simple que ça. Puis, quand j’ai lu le scénario, j’ai été ému par le degré de transformation de mon personnage, combien il change et combien il devient mauvais. J’ai toujours voulu faire quelque chose comme ça».

Chris Pine (Steve Trevor)
«Patty et Gal forment un duo phénoménal. Ce que j’aime le plus chez Patty, c’est que je peux être sûr qu’elle est une directrice d’acteurs. Elle l’est vraiment. Certains acteurs aiment arriver avec un personnage pleinement réalisé, et d’autres, comme moi, préfèrent collaborer avec le réalisateur».

Pedro Pascal (Max Lord)
«Ce qui est intéressant avec Max, c’est que c’est un type très familier : divorcé avec un enfant, il ne veut pas que son fils le considère comme un raté et il pense que le meilleur moyen est d’être puissant et riche. Jusqu’à où il est prêt à aller pour lui prouver sa valeur fait de lui ce que nous savons être un vrai méchant».

L’armure dorée 

Vu pour la première fois dans le volume n°3 de la série de quatre volumes de Mark Waid et Alex Ross, ce costume marque également la première fois que le public verra Wonder Woman dans une tenue d’héroïne différente. «Nous avons dû faire 14 copies pour Gal et ses doublures», a déclaré Jenkins.

Articles similaires