Culture
05:28 22 avril 2021 | mise à jour le: 22 avril 2021 à 07:29 temps de lecture: 4 minutes

Scène écoresponsable: les salles de spectacle passent au vert

Scène écoresponsable: les salles de spectacle passent au vert
Photo: TC Media / ArchivesLa Salle Pauline-Julien

Au cours des derniers mois, plusieurs salles de spectacles et de théâtre ont reçu l’accréditation Scène écoresponsable. Ce n’est pas un hasard : la fermeture forcée des lieux de diffusion culturelle pendant la pandémie a encouragé certains d’entre eux à prendre un virage vert.

Depuis huit ans, le Réseau des femmes en environnement (RQFE) accompagne les salles qui souhaitent obtenir l’accréditation Scène écoresponsable, qui reconnaît l’engagement écologique des lieux de diffusions.

Pour l’instant, 12 salles sont certifiées, notamment le Centre PHI, la Salle Pauline-Julien, la TOHU et le Théâtre Paradoxe, à Montréal.

«Beaucoup de nouvelles salles vont obtenir leur accréditation bientôt!» se réjouit la conseillère en développement durable au Conseil québécois des événements écoresponsables, piloté par le RQFE, Chloé Gagnon-Champigny.

Elle et sa collègue Laura Grenier-Paquette, qui gèrent ce programme, estiment que huit nouvelles salles s’ajouteront à leur liste dans les prochaines semaines. «On va presque doubler le nombre de salles accréditées», résument-elles.

Si la pandémie a gravement affecté le milieu culturel, elle aura donné le temps à quelques lieux de diffusion de s’attarder à leur empreinte écologique. «On a vu une effervescence, soutient Chloé Gagnon-Champigny. Lors d’une séance d’information, plus d’une cinquantaine de diffuseurs étaient présents!»

«On a vu un intérêt grandissant pour ces questions depuis la pandémie. C’est super encourageant.» -Chloé Gagnon-Champigny, conseillère en développement durable au RQFE

L’accréditation Scène écoresponsable se décline en trois niveaux : bronze, argent et or. Ceux-ci sont déterminés par un système de pointage attribué aux mesures entreprises par les salles. L’accréditation doit être renouvelée aux deux ans afin de s’assurer que les initiatives mises en place sont maintenues.

En mars dernier, la Salle Pauline-Julien (SPJ) a renouvelé son accréditation or, qu’elle a obtenue pour la première fois en 2018. Elle est un des premiers lieux de diffusion au Québec à avoir obtenu cette certification.

«Plusieurs initiatives ont séduit le comité d’accréditation : mise en œuvre de projets artistiques citoyens, séparation et valorisation des différentes matières résiduelles, réduction des achats de produits emballés, utilisation de vaisselle lavable pour les artistes […] et plus encore», énumère le RQFE.

Pour la directrice générale et artistique de la SPJ, Annie Dorion, cet engagement va de soi. «C’est un enjeu qui nous a toujours tenu à cœur comme organisme. Ça fait partie de nos valeurs», explique-t-elle.

Il faut dire que la salle est affiliée au Cégep Gérald-Godin, à Sainte-Geneviève, dans l’ouest de l’île de Montréal, qui est lui-même certifié Cégep vert, niveau excellence.

Une étape à la fois

Pour obtenir son accréditation or, la SPJ a dû surmonter de nombreux défis, dont celui de bannir les bouteilles d’eau à usage unique. «Au départ, on avait certaines craintes, se souvient Mme Dorion. Comment on organise la logistique? Est-ce que les artistes vont être d’accord? Est-ce que le public sera contrarié?»

En fin de compte, la mesure a été un succès. «Vraiment, les gens sont contents», assure-t-elle.

Les enjeux financiers liés à la mise en place de certaines mesures constituent un autre défi. «Le changement des lumières en DEL, ça coûte beaucoup de sous. Il a fallu aller chercher des subventions», indique en exemple la directrice de la SPJ.

Entreprendre une démarche pour obtenir une accréditation Scène écoresponsable peut sembler laborieux, mais le jeu en vaut la chandelle, soutient Annie Dorion. «C’est un enjeu tellement important. C’est une façon pour nous de poursuivre notre engagement envers notre communauté.»

Ses conseils aux salles qui désirent entreprendre la démarche sont simples : «Il s’agit juste de mettre le pied dedans, de se lancer, de se dire : “go, on y va, on fonce”. Et d’y aller une étape à la fois.»

Par ailleurs, le RQFE accompagne les salles dans tout le processus. «On est là à 100% pour les aider, assure Laura Grenier-Paquette. On a accès directement via un fichier partagé à leurs mesures et on est là en appui.»

Tout le monde gagne à prendre un virage écoresponsable, selon Annie Dorion de la SPJ. «Notre public est fier qu’on ait cette accréditation. Ça a un impact positif dans notre milieu.»

Articles similaires