Culture
10:50 14 mai 2021 | mise à jour le: 14 mai 2021 à 16:15 Temps de lecture: 5 minutes

7e ciel: on craque pour «Mukbang», la finale de «M’entends-tu?», «Violette» et d’autres

7e ciel: on craque pour «Mukbang», la finale de «M’entends-tu?», «Violette» et d’autres
Photo: Josie Desmarais/MétroMukbang (Éditions Tête Dure), de Fanie Demeule, est disponible en librairie.

Les journalistes de Métro vous livrent leur sept coups de cœur culturels de la semaine dont Mukbang, la finale de M’entends-tu?, la pièce Violette et d’autres.

Mukbang

Kim fait peur à sa mère. Lorsqu’elle quitte le domicile familial, la jeune femme se dédie à son alter ego virtuel qu’elle anime sur ses réseaux sociaux. Dans cet univers du contrôle de l’image, celle-ci tombera un jour sur le fil de la reine québécoise du mukbang. C’est alors que commencent pour elle les orgies hautement caloriques, retransmises live pour ses followers. Une spirale toxique et morbide, dans laquelle l’autrice Fanie Demeule nous plonge sans avertissements. Parfois fantastique, onirique, voire dystopique, ce troisième roman nous donne à voir une époque troublante. Un récit anxiogène où plane l’ombre glaciale d’une certaine Morphea, et qui se lit téléphone intelligent en main pour déchiffrer les codes QR, paradoxalement là pour maintenir le lien entre le lecteur et la réalité.
Amélie Revert

 

La finale de M’entends-tu?

On se doutait bien qu’on serait ému par le tout dernier épisode de cette génialissime comédie dramatique écrite par Florence Longpré et Pascale Renaud-Hébert. Mais on ne s’attendait pas à un tel torrent de larmes! La grande scène finale qui marque nos adieux à Ada, Fabiola et Carolanne restera à jamais gravée dans nos mémoires et dans nos cœurs. Cette série est une perle rare dans le paysage télévisuel québécois. On aura le cœur gros encore longtemps en réécoutant Demain il fera beau d’Étienne Coppée…
En rattrapage sur video.telequebec.tv
Marie-Lise Rousseau

 

Violette

Au court de cette expérience qui allie théâtre et réalité augmentée, Violette nous accueille chez elle. Joué par une comédienne vivant avec une déficience intellectuelle, le personnage se confie à son unique spectateur. À la fois magique et tragique, cette courte création de la compagnie Joe, Jack et John mise en scène par Catherine Bourgeois saura vous ouvrir les yeux sur une réalité trop souvent partagée par les femmes en situation de handicap, les violences à caractère sexuel.
Au théâtre Espace libre
Naomie Gelper

 

Convictions

Écouter pour mieux comprendre. Le journaliste Simon Coutu a tendu son micro à ceux que l’on appelle les conspirationnistes. En cinq épisodes qui couvrent plusieurs mois de mobilisation contre les mesures sanitaires, les figures du mouvement Steeve Charland, Mel Goyer, Dave Leduc et Maxime Ouimet y abordent leur point de bascule, leur méfiance et les conséquences de ce militantisme dans leurs vies. Une écoute nécessaire avant de pouvoir essayer de rétablir un dialogue parfois rompu.
SurOHdiO
Martin Nolibé

Se dissoudre

Tout commence dans l’obscurité. Lentement, une respiration suffocante, haletante, déformée nous interpelle. Elle ne s’arrêtera jamais. Alors qu’on retient aussi notre souffle, la lumière se fait sur l’interprète Marie-Philippe Santerre qui va pendant plusieurs dizaines de minutes presque indescriptibles littéralement se dissoudre sous nos yeux. Ondoiements, serpentements, convulsions se succèdent ainsi pour le meilleur. Courrez voir cette performance transcendante mise en mouvements par la chorégraphe Catherine Gaudet comme si votre vie en dépendait.
Jusqu’à samedi à l’Agora de la danse
Amélie Revert

 

Mœbius – Depuis la crise

Crise. Voilà un mot riche et porteur de sens. Bien sûr, il y a la crise sanitaire, au cœur de toutes nos vies depuis plus d’un an, mais aussi les crises existentielles, les crises intimes, les crises identitaires, les crises politiques… Nicholas Dawson et Stéphanie Roussel ont fait appel à 14 auteurs pour concocter ce numéro spécial double de Mœbius. Alors que les recueils de nouvelles sont souvent inégaux, la diversité des voix rassemblées sous ce même thème forme un tout cohérent et de qualité. Coups de cœur pour les récits de Rébecca Déraspe, Sandrine Galand et Marie-Christine Lemieux-Couture.
En kiosque
Marie-Lise Rousseau

 

A.M.I.E.S.A.M.O.U.R. de LUMIÈRE

L’artiste multi-instrumentiste montréalaisÉtienne Côté nous présente son projet musical en solo, LUMIÈRE. L’album concept nous embarque vers les années 1970, tant dans l’esthétique que la sonorité, très pop et folk. Après une délicieuse intro à l’orgue (PROPHÉTIE), c’est parti pour 14 chansons qui parlent d’amour sous toutes ses formes – sans mièvrerie, mais avec beaucoup d’égards, de clairvoyance et de liberté malgré des apparences candides. Un disque qui nous reste en tête et qu’on recommande fortement!
Sur les plateformes d’écoute
Amélie Revert


Et on se désole pour…

Le décès de Serge Bouchard

La mort de celui qu’on surnommait affectueusement le Mammouth laineux a pris le Québec par surprise mardi. Le passionné et passionnant écrivain, animateur et anthropologue de 73 ans venait de faire paraître deux essais ce printemps en plus de coanimer l’émission C’est fou à Ici Première. Le regard allumé et les lumières de ce vieux sage passionné par l’humanité nous manquent déjà. Heureusement, il laisse derrière lui de formidables et incontournables ouvrages, de sorte qu’il ne deviendra jamais un remarquable oublié. Merci pour tout, M. Bouchard. Marie-Lise Rousseau

Articles similaires