Culture
05:00 9 juillet 2021 | mise à jour le: 8 juillet 2021 à 15:51 Temps de lecture: 3 minutes

Quentin Dupieux en mode farce surréaliste avec «Mandibules»

Quentin Dupieux en mode farce surréaliste avec «Mandibules»
Photo: Collaboration spécialeUne scène du film Mandibles, qui sort en salles ce vendredi

Quentin Dupieux livre avec Mandibules l’histoire de deux perdants qui tentent de dresser une mouche géante, une comédie surréaliste qui devrait redonner le sourire dans les salles, même en jauge réduite.

Ce film à l’ambiance estivale, qui prend l’affiche ce vendredi au Québec, offre un premier rôle de cinéma, taillé sur mesure, au duo comique du Palmashow, David Marsais et Grégoire Ludig, très populaire dans la génération Youtube.

Ils campent un couple d’amis un poil simplets, à la Dumb et Dumber, Jean-Gab et Manu, qui trouvent dans le coffre d’une voiture volée une mouche géante. Sans le sou, ils ont l’idée de l’apprivoiser et de la dresser, comme un drone, pour gagner de l’argent.

S’ensuit un road-trip burlesque, dans des paysages aux faux airs de Far West. Puis la rencontre, dans une villa sur la Côte d’Azur, avec une bande de jeunes fortunés, dont India Hair, le chanteur Roméo Elvis… Entre autres excentricités, il sera notamment question d’un vélo-licorne.

Un cinéaste inclassable

Figure inclassable, avec aussi une carrière de musicien de la French Touch (Mr Oizo), Quentin Dupieux a tourné, à 47 ans, plusieurs films aux États-Unis, fait rire avec Éric et Ramzy ou manié l’humour noir dans Au Poste! avec Benoît Poelvoorde.

Adepte de l’absurde, il est capable de narrer les aventures d’un pneu (Rubber) ou de filmer Jean Dujardin en obsédé du cuir (Le Daim). Mandibules, un poil plus sage et léger que ses autres films, lui permet de s’adonner à sa passion pour les gimmicks et les jeux de mots foireux.

«C’est aussi un film sur l’amitié et un film social sur les gens qu’on n’écoute pas parce qu’ils n’ont pas les codes pour parler», a souligné Adèle Exarchopoulos, qui interprète une jeune femme atteinte d’un trouble du langage qui l’empêche de s’exprimer sans crier, lors de la présentation du film à Venise.

Avec Quentin Dupieux, à «la première prise, je me disais : “Mais qu’est-ce que je fais là! Ça va être une fin de carrière!”, s’amusait-elle alors. En fait, je me suis éclatée!»

«C’était totalement dans le plaisir et en même temps énormément exigent.»

Adèle Exarchopoulos, actrice, à propos du tournage de Mandibules

Mandibules

En salles ce vendredi

Articles similaires