Soutenez

«La switch»: le silence des hommes  

Sophie Desmarais et François Arnaud, lors de la première de «La switch» au cinéma Impérial. Photo: Pablo A. Ortiz, Métro

Peu nombreux sont les films francophones au Canada qui parlent des hommes et des femmes qui ont été impliqué.e.s dans des conflits armés, encore moins ceux abordant la question du trouble de stress post-traumatique (TSPT). C’est pourtant de cette problématique que traite le long métrage La switch en salle à partir d’aujourd’hui, jour du Souvenir.  

Le Canada a participé à plusieurs conflits au cours de son histoire, que ce soient les deux guerres mondiales, celles de Corée et de Bosnie, ou plus récemment, celle en Afghanistan. Près de 40 000 Canadien.ne.s ont été déployé.e.s dans ce dernier pays, pour une opération qui a duré 13 ans. Du nombre, plus de 6700 vétérans ont reçu une prestation d’invalidité à leur retour, principalement pour un TSPT. 

Dans La switch, réalisé par Michel Kandinsky, un tireur d’élite du nom de Marc Leblanc (François Arnaud) retourne dans son patelin dans le nord de l’Ontario après un déploiement en Afghanistan. Il y retrouve son père (Roch Castonguay) gravement malade et ancien combattant lui aussi. Murés dans le silence, le père et le fils sont incapables de communiquer, au point où ce dernier perd peu à peu contact avec la réalité. 

«C’est une famille militaire et une culture de la masculinité, a expliqué le comédien François Arnaud, rencontré par Métro avant la première du film au festival Cinemania. Qu’est-ce que c’est qu’être un homme et qu’est-ce que c’est qu’être un guerrier? Ce sont beaucoup de questions qui sont répondues par un long silence.» 

Photo: Gracieuseté, Peter Andrew Lusztyk

Une incapacité de nommer 

Parmi la distribution de La switch, la comédienne Sophie Desmarais incarne Julie, une serveuse enceinte qui invite Marc à sortir dans un bar et aussi à sortir de sa coquille. 

C’est d’ailleurs pour jouer avec François Arnaud, avec qui elle est allée à l’école de théâtre, que Sophie Desmarais a accepté d’embarquer dans ce projet. 

«François fait un travail exceptionnel dans le film, soutient la comédienne. Il rend le personnage attachant. On dirait qu’il ne sait même pas lui-même ce qui l’habite. Une incapacité de nommer, de se sentir soi-même et ça, j’ai beaucoup d’empathie pour ça.» 

Car, au-delà de la question du TSPT, La switch aborde les relations père-fils et la difficulté pour certains hommes d’exprimer des sentiments à leur enfant. 

«Ce n’est pas un manque d’amour, c’est une incapacité à communiquer cet amour et de nourrir cet amour, raconte François Arnaud. Il y a quelque chose de punitif dans le fait de ne jamais le donner, mais il y a beaucoup de pères qui sont comme ça.»  

Des propos que Sophie Desmarais approuve.  

«D’apprendre dans la vie de nommer ses propres besoins, c’est tout un apprentissage, dit-elle. Encore plus d’exprimer certaines émotions. Ce n’est pas quelque chose d’inné, c’est quelque chose qu’on t’enseigne.»  

Photo: Gracieuseté, Peter Andrew Lusztyk

L’anti-American Sniper 

En visionnant La switch, on pense inévitablement à The Deer Hunter de Michael Cimino. Dans ce classique de 1978, on suit une bande d’amis issue d’une ville industrielle de la Pennsylvanie qui participe à la guerre du Vietnam et qui – comme le personnage de Marc Leblanc – aime la chasse. 

«The Deer Hunter, c’était au top de ma liste. Je l’ai regardé trois fois avant de faire le film», mentionne François Arnaud. 

En revanche, le comédien explique que le réalisateur et lui voulaient faire l’anti-American Sniper. Ce film, réalisé par Clint Eastwood en 2014, s’inspire de la vie de Chris Kyle, un tireur d’élite qui revendiquait avoir abattu 255 personnes durant la guerre d’Irak et qui a été assassiné en 2013 par un ancien Marine souffrant de TSPT.  

«Ce n’est pas un mauvais film, mais il est vraiment confus par rapport à ce qu’il pense de la guerre, considère François Arnaud. Il glorifie encore le portrait du héros qui rentre à la maison. C’était important pour nous de ne pas aller là-dedans, de ne pas fétichiser les armes à feu et le rapport à la violence.» 

La switch serait pour sa part inspiré de deux frères soldats que le réalisateur a connus, précise le comédien, vantant l’approche de Michel Kandinsky.  

«Je trouvais ça très radical comme proposition. Il n’y avait aucune ligne de dialogue pendant les 25 premières pages. Il y avait quelque chose de quasi documentaire.»   

Pour préparer son rôle, le comédien a rencontré des vétérans, mais également des soldats encore actifs au sein de l’armée. 

«Il y a autant d’expériences de la guerre qu’il y a de vétérans que j’ai rencontrés», soutient François Arnaud. 

Des francos du nord de l’Ontario 

Ce qui a motivé également Sophie Desmarais à participer à ce projet, c’est le défi de travailler un accent francophone du nord de l’Ontario. Une tâche qui n’a pas été facile, admet-elle, mais qui a été rendue possible grâce à une résidente de Timmins qu’elle a contactée grâce à son comptable, également originaire de cette ville. 

Si le film devait être tourné en anglais au départ, raconte François Arnaud, le français s’est imposé à la suite de discussions sur le manque de films francophones financés et faits hors Québec. 

Lors de la première au cinéma Impérial, la productrice du film, Tracy Legault, a même affirmé que c’était seulement le troisième film tourné en français dans l’histoire du cinéma ontarien. 

Si pour l’instant La switch est uniquement présenté au Méga-Plex Pont-Viau 16 à Laval, du moins pour ce qui est du Grand Montréal, le film sera disponible sur Crave à partir du 13 novembre. 

Une infolettre l’fun? Abonnez-vous à celle du Week-end pour voir!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.