Culture

Martin Perizzolo mis à nu

Photo: collaboration spéciale
jessicaemondferrat - Métro

Martin Perizzolo, qu’on a d’abord connu aux côtés de Mike Ward dans L’gros Show, fait cavalier seul pour toute la durée de Zoofest avec son spectacle simplement intitulé Q. On vous laisse deviner le sujet…

Le sexe vend, on le sait. Et c’est une véritable mine d’or pour un humoriste, Martin Perizzolo a pu s’en rendre compte en préparant son spectacle Q (comme dans la partie du corps homonyme), qu’il présente ces jours-ci sur la scène du Cabaret du 4e du Monument-National dans une formule stand-up, mise à nu (sans jeu de mots), seulement lui, son micro, et ce sujet vieux comme le monde. Il l’aura évité longtemps, pourtant. «Quand j’étais plus jeune, on me disait : “Ah! Toi tu fais de l’humour intelligent”, et je me suis mis à me dire que bon, c’était ça qu’il fallait que je fasse…»

Et c’est ce qu’il a fait jusqu’à ce que plusieurs facteurs se réunissent pour lui donner envie de parler de sexe. Une envie de rébellion, le contexte de sa nouvelle vie de célibataire, «et puis, j’avais envie de sortir de ma tête, complète l’humoriste. Ce qui est l’fun dans ce show-là, c’est que c’est plus équilibré; avant, j’obtenais du public davantage des rires de tête, là c’est des rires qui viennent des tripes aussi. C’est un mélange intéressant.»

Celui qu’on a connu comme le Poudy du Gros show voit d’ailleurs ce «premier jet» de one man show (lui et Sébastien Ravary, qui co-signe les textes, ont déjà une bonne demi-heure supplémentaire de matériel en banque pour compléter le spectacle, révèle-t-il) comme un passage de l’adolescence à l’âge adulte, humoristiquement parlant. «Ça complète un peu le mouvement, mon style se raffine, suggère-t-il. Même quand j’aurai fait le tour de ce thème-là et que je vais revenir aux thèmes dont je parlais avant – parce que chaque artiste, chanteur, humoriste, cinéaste, reste toujours un peu obsédé par les mêmes thèmes – je vais les aborder différemment parce que j’aurai désormais cette démarche-là qui va m’habiter.»

Quoique le sujet ne risque pas de s’épuiser de sitôt. «La sexualité est un thème riche, j’ai l’impression que je pourrais faire comme Sylvain Cossette et faire une trilogie de spectacles là-dessus! lance-t-il. Il y a vraiment des choses à dire.»

[pullquote]

Ce qui ne veut pas dire pour autant que ce soit un sujet facile. «La difficulté se situe plus au moment de mettre sur papier certains sentiments, explique Perizzolo. Par exemple, mon numéro sur l’infidélité m’a pris trois mois à écrire – ou peut-être 14 ans, au fond! Quand je me suis dit que je voulais finir mon show avec ce thème-là, sur telle chose que j’ai vécue, je me suis retrouvé face à la difficulté de garder ça drôle, à faire en sorte que ça ne devienne pas lourd. Il faut trouver l’équilibre pour que ça soit personnel, mais pas trop malaisant, tout en “crunchant” pareil, il faut assumer ça ou ça… De toute façon, peu importe le sujet, j’essaie d’aborder un peu tout ce que je fais de manière personnelle, c’est la seule façon que j’ai trouvée d’avoir ma couleur à moi. S’il en existe une autre, il faut me le dire!»

Martin Perizzolo – Q
Cabaret du 4e du Monument-National
Ce jeudi, vendredi et samedi et du 23 au 27 juillet à 22 h 30

Articles récents du même sujet