Culture

Le phénomène Heymoonshaker

Photo: Josie Desmarais/Métro

Ils n’ont pas de maison, se promènent d’un pays à l’autre avec un bagage et quelques guitares. Dave Crowe et Andrew Balcon, deux sympathiques Britanniques, forment le singulier groupe Heymoonshaker. Et partout où il passe, le duo blues/beatbox, qui s’arrêtera à Montréal ce soir et demain, laisse des mâchoires décrochées.

«Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça!» C’est probablement la phrase que Dave et Andy ont le plus entendue depuis qu’ils ont commencé à jouer de la musique ensemble dans la rue.

Les internautes les ont découverts dans une série de vidéos sur YouTube, dans laquelle les deux jeunes hommes font une longue improvisation musicale dans les rues de Londres, mais les deux musiciens se sont rencontrés en 2008… dans un mini-putt, en Nouvelle-Zélande.

Les deux voyageaient séparément, vivant de jobines et de musique dans la rue. Andy en grattant la guitare et en chantant du blues, et Dave en faisant du beatbox («mais avec un ampli de la taille de ta tête, alors…»).

«Il m’a invité à aller prendre une bière, raconte Dave. Il avait sa guitare, j’ai tenté un beat… et il a dit : c’est de la bombe!»

Les deux bohèmes ont donc décidé de continuer ces jams dans les rues et de voyager ensemble pendant plusieurs mois. Puis, ils ont continué leur chemin, chacun de leur côté.

Après quelques années de séparation, Andy est allé rejoindre Dave, qui vivait en Suède. En 2011, ils ont tourné une petite vidéo qui s’est ramassée sur YouTube… et qui a atteint plus de 30 millions de vues à ce jour. Et c’est à ce moment que les tournées en France, en Italie, au Japon et dans bien d’autres pays ont commencé. À un tel point qu’aujourd’hui, les deux musiciens n’ont plus de domicile fixe.

Il faut dire que le beatbox de Dave Crowe est impressionnant. Tout est une question de technique, selon lui.

«Quand j’avais 18 ans, j’ai vu un gars faire du beatbox dans un club. Et j’ai été complètement hypnotisé. C’était une des meilleures performances que j’avais vues de ma vie – et on s’entend, le gars était moyen! Le lendemain, j’ai commencé à m’exercer.»

Lui qui avait cherché dans la danse et le jeu la meilleure façon de faire de la scène avait trouvé LA manière de captiver son public.

Pendant des années, le duo a surfé sur la vague du facteur «wow» que provoquaient leurs performances live : ils étaient constamment en train d’improviser, même sur scène.

«Vrai» album
Après un EP paru en 2013, Noir est leur premier «vrai» album, constitué de chansons écrites. L’opus sorti en octobre dernier est donc le résultat de beaucoup de travail et d’une nouvelle démarche pour les deux artistes.

«Le processus a duré deux ans, explique Dave. Il y a eu des moments très durs. Mais nous avons eu des mentors, qui nous ont montré comment structurer nos textes, nos idées… Et ç’a donné un super bon mélange. Pour l’essentiel, j’ai composé les beats et Andy les paroles… Mais il y a certainement des beats imaginés par Andy et des paroles que j’ai écrites.»

Noir est aussi plus éclectique, musicalement. «Oui, c’est l’album d’un groupe blues, explique Andy. Mais c’est aussi un mélange de genres, un reflet de tout ce qui se passe dans le monde.»

«Je crois que personne n’a jamais rien entendu qui sonne comme ça. On ne se limite pas à un genre, et je crois qu’il y a quelque chose pour tout le monde dans cet album. Et si vous n’aimez pas la musique, il y a des photos de nous à moitié nus!» lance Dave en riant.

Bien sûr, on peut s’attendre à ce que le spectacle offert par ces adeptes de l’impro soit assez différent de l’album. «On se fait souvent dire que c’est notre connexion, sur scène, qui est vraiment spéciale», note Dave. «Le spectacle est en constante évolution», ajoute Andy.

Mais, soyons honnête, Dave doit tout éclipser avec son beatbox phénoménal, non?

«Tu as vu combien ce fils de p*** est magnifique? lance Dave en pointant son comparse. Aucune chance! Et en plus, il chante et joue de la guitare!»

Les quatre coins du Québec
La venue à Montréal de Heymoonshaker s’inscrit dans une des plus longues tournées jamais réalisées par un groupe étranger au Québec, soulignent, incrédules, les deux charismatiques musiciens.

  • «On aime bien être le band qui est le premier à faire quelque chose», lance Dave avec un sourire en coin.
  • Leur tournée de plus de 160 dates comprend 24 spectacles un peu partout au Québec.

Heymoonshaker
Au Petit Outremont
Mardi et mercredi à 20 h

Articles récents du même sujet