Culture

Le bonheur est une télé allumée

Le bonheur est une télé allumée
Photo: WBDawson's Creek

Sous le thème du bonheur, parler de télévision est d’une facilité surprenante.

Regarder la télé, essentiellement, c’est une récompense, une pause du quotidien parfois étourdissant. Un bras de distance de nos responsabilités, un baume nostalgique devant les inquiétudes de la vie.

On peut juger que le temps investi devant son écran est du temps perdu, sauf que l’on se prive d’une petite parcelle de bonheur facilement accessible, instantanée, toujours prête à nous esquisser un sourire.

L’idée n’est pas de changer le monde avec sa télécommande, mais plutôt de se changer les idées, s’alléger au quotidien.

Le bonheur devant sa télé, c’est un marathon de son émission favorite un jour de pluie avec un litre de crème glacée entre les jambes.

Le bonheur devant sa télé, c’est la tête d’un/e amoureux/se dans le creux de notre bras après avoir trouvé l’émission de home-staging qui meublera une partie de notre soirée.

Le bonheur devant sa télé, c’est revoir un vieil épisode de Passe-partout et se souvenir de l’époque simple où une poignée de Légo suffisait à nous décrocher un sourire franc, honnête et spontané.

Le bonheur devant sa télé, c’est se faire raconter des histoires avec des mots, des images et de la musique que l’on n’imaginait pas forcément.

Le bonheur n’est pas une télé, mais votre télé peut vous rendre heureux un bref instant. Elle peut faire partie d’une vie heureuse.

Sous le thème du bonheur, la télé nostalgique est reine. Revoir des émissions qui nous font plaisir, simplement parce que c’est possible. Retrouver des émotions enfouies avec l’aide des images de ces moments fictifs familiers.

Perso, j’aime replonger dans les émissions qui ont bercé mon adolescence et ma jeune vingtaine. Dawson’s Creek, The O.C., Buffy the Vampire Slayer et Friends – un quatuor éclectique découvert à un moment charnière de ma vie.

Y revenir est toujours un bonheur que je me permets un peu tous les ans. Par gourmandise, souvent, et par nostalgie autrement.

Du bonheur accessible – un luxe que l’on peut se payer.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *