Actualités

Sondage: PLC et PCC toujours au coude à coude malgré l’impopularité de leurs chefs

Sondage: PLC et PCC toujours au coude à coude malgré l’impopularité de leurs chefs
Photo: Josie Desmarais/MétroJustin Trudeau (PLC) et Andrew Scheer (PCC) se sont affrontés mercredi au Face-à-face TVA.

Les conservateurs (PCC) et les libéraux (PLC) sont toujours au coude à coude dans les intentions de vote. C’est du moins ce que conclut un sondage Métro-Forum Research, mené avant le Face-à-face TVA de mercredi.

Les libéraux conservent leur faible avance au pays, constate ce coup de sonde mené aléatoirement auprès de 1853 Canadiens. Avec 34% des intentions de vote, ils ne détiendraient qu’une avance d’environ 3% sur leurs adversaires du Parti conservateur.

«La course continue à être équilibrée, avec les libéraux et les conservateurs sur un pied d’égalité sur le plan des intentions de vote», affirme le président de Forum Research, Lorne Bozinoff.

«Le calcul des sièges avantage cependant les libéraux et laisse entrevoir une minorité», ajoute-t-il.

En termes de sièges remportés, l’avance libérale ne serait en effet pas suffisante pour former un gouvernement majoritaire. Forum Research prédit 168 sièges pour le PLC, ainsi que 130 pour le PCC.

Du changement à l’horizon?

La politologue Stéphanie Chouinard, professeure à l’Université Queen’s, constate que «la campagne électorale n’a pratiquement rien changé dans les intentions de vote».

«À mon avis, les intentions de vote reflètent le fait qu’il n’y a aucun des partis politiques qui a été en mesure d’exprimer un message cohérent et global sur la façon dont il voudrait gouverner», analyse l’experte en politique canadienne.

Selon elle, les promesses de campagne de chaque formation politique ont souvent été faites «à l’emporte-pièce», auprès de démographies particulières comme les familles de la classe moyenne.

«C’est un jeu mathématique, constate Mme Chouinard. Les jeunes familles se trouvent beaucoup en banlieue. C’est beaucoup dans les banlieues que se trouvent les indécis et les circonscriptions pivot.»

Malgré une course serrée, remonter la pente du vote national pourrait s’avérer «extrêmement difficile» pour Andrew Scheer, avance Mme Chouinard.

«Si on se fie au débat d’hier, poursuit-elle, je n’ai pas l’impression que M. Scheer va gagner beaucoup de votes au Québec.»

Autres oppositions

Au sein de l’échantillon consulté, une proportion égale (12%) de répondants ont donné leur appui au Nouveau parti démocratique (NPD) et au Parti vert. Le Bloc québécois arrive au cinquième rang, avec 6% des intentions de vote, deux points de pourcentage devant le Parti populaire de Maxime Bernier.

Selon les calculs de Forum Research, ces chiffres se traduiraient toutefois en des gains de 21 sièges pour le NPD, 15 pour le Bloc et 4 pour les Verts.

Approbation des chefs

Le sondage dresse aussi un portrait du niveau d’approbation de chaque chef à l’échelle nationale. Justin Trudeau et Andrew Scheer se bousculent ici aussi dans le peloton.

Tous deux attirent la désapprobation d’une majorité des répondants. M. Scheer à hauteur de 52%, M. Trudeau à 55%.

Jagmeet Singh, du NPD, génère pour sa part de l’incertitude. 31% des répondants affirment ne pas savoir s’ils l’approuvent ou non.

«Ça signale qu’il y a un problème de méconnaissance sur le chef néo-démocrate. Pour un parti qui se veut une troisième option valable, il y a un gros travail à faire» – Stéphanie Chouinard

Sur la question de qui ferait le meilleur premier ministre, ce sont les chefs conservateur et libéral qui obtiennent les meilleurs scores, à 29% et 31%, respectivement.

Question de l’urne

Les chefs ont touché à de nombreux sujets, mercredi soir, au Face-à-face TVA, mais l’environnement a généré son lot d’attaques en règles. C’est d’ailleurs ce sujet qui occuperait le plus l’esprit des Canadiens lorsque viendra le temps de voter, constate le coup de sonde.

Un total de 32% des répondants placent l’environnement au premier rang de leurs priorités. Environ 20% d’entre eux préfèrent voter sur les questions d’économie et d’emplois.

Stéphanie Chouinard considère que la stratégie conservatrice sur l’environnement «ne leur perdra pas de votes», mais qu’elle ne «leur en gagnera pas là où il y n’y en avait pas en 2015».

«Lorsque les conservateurs ont pris la décision sur la plateforme environnementale, ils ont dit qu’ils allaient parler à leur base», ajoute la professeure en science politique.

Ce sont les questions de soins de santé et d’assurance médicaments qui pointent au troisième rang (14%). La sécurité publique et la violence par armes à feu, énormément abordées par les libéraux dans la dernière semaine, n’intéressent que 3% des électeurs sondés.

La marge d’erreur pour ce sondage est de plus ou moins 3%, 19 fois sur 20.