ÉLECTIONS - HONORÉ-MERCIER

Chu Anh Pham veut repeindre Honoré-Mercier en orange

Chu Anh Pham veut repeindre Honoré-Mercier en orange
Photo: Gracieuseté

Journaliste de carrière, Chu Anh Pham a toujours eu le désir de faire changer les choses. Elle se présente aujourd’hui sous les couleurs du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription d’Honoré-Mercier, là où elle a grandi.

Lorsqu’elle a choisi de rejoindre les rangs des Néo-démocrates au début de l’année, le parti lui avait proposé plusieurs circonscriptions. Parmi elles, Honoré-Mercier, un territoire « parfait » pour celle qui connaît déjà son terrain.

Mais l’ancienne journaliste ne se berce pas d’illusions : le défi sera grand. « Si je regarde l’historique et les statistiques dans Honoré-Mercier, autant au niveau fédéral que provincial, il y a une tradition plus libérale ».

Chu Anh Pham ne perd toutefois pas espoir. Le NPD avait bel et bien réussi à ravir ce bastion en 2011. Aujourd’hui, la candidate se dit heureuse d’être confrontée à Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine et du multiculturalisme. Elle estime avoir trouvé un adversaire à sa taille en ce qui concerne plusieurs sujets comme l’avenir des médias ou les transports en communs.

Mûrement réfléchi

Son désir de se lancer en politique ne date pas d’hier, mais le contexte personnel ne s’y prêtait pas forcément. Elle y avait d’ailleurs déjà pensé avant les dernières élections municipales et provinciales. « Aujourd’hui, ça fonctionne autant pour la vie de famille que pour les finances, alors j’ai décidé que coûte que coûte j’allais le faire », affirme la candidate. Elle ne se voyait pas se présenter pour un autre parti que celui du NPD avec qui elle partage les mêmes valeurs progressistes.

Née à Montréal, Chu Anh Pham est la première de sa fratrie à être nés au Québec. Ses parents et son frère aîné arrivent au Canada dès la fin de la guerre du Vietnam en 1967. Après quelques années dans Hochelaga, la famille acquiert une maison sur la place de la Malicorne dans Anjou. Elle a par la suite racheté cette résidence à ses parents et y vit depuis avec ses quatre enfants.

Peu importe le métier qu’elle a exercé, Mme Pham a toujours eu à cœur de changer les mentalités et « venir en aide aux gens ». Après plus de dix ans passés à Radio-Canada, La Presse ou encore TVA, elle dit ne pas avoir senti « comment [ses] reportages faisaient une différence dans les gestes des gens ». Après avoir réfléchie sur comment elle pouvait avoir un impact plus concret et important dans la vie des citoyens, elle a décidé de devenir conseillère à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Alors qu’elle venait de donner naissance à son quatrième enfant, la CSN fait des compressions. Elle retourne alors vers le journalisme. Un an plus tard, elle quitte finalement de nouveau le monde médiatique et commence dans une nouvelle carrière en relation publique d’entreprise. Elle a décidé de prendre un congé sabbatique afin de pouvoir se consacrer à la politique.

La suite des choses se décidera le 21 octobre.