ÉLECTIONS - LAURIER-SAINTE-MARIE
11:45 2 octobre 2019

Steven Guilbeault: une grosse pointure dans un comté pivot

Steven Guilbeault: une grosse pointure dans un comté pivot
Photo: Josie Desmarais/MétroSteven Guilbeault est le candidat libéral pour la circonstription Laurier-Sainte-Marie

Figure environnementale du Parti libéral (PLC) sur la scène nationale, Steven Guilbeault trouve dans sa circonscription de Laurier-Sainte-Marie une occasion de parler d’autres sujets qui lui tiennent à coeur.

M. Guilbeault habite la circonscription depuis plus de vingt ans. En 1995, peu après la fondation de son organisme Équiterre, il faisait du porte-à-porte dans le quartier Centre-Sud pour «sensibiliser les gens au fait qu’on n’allait plus tout mettre dans un sac à vidange et mettre tout ça aux ordures».

Véritable champ de bataille électoral, Laurier-Sainte-Marie a vu passer des députés de trois partis politiques depuis sa naissance. M. Guilbeault souhaitait tout de même tenter sa chance dans le district. «Je ne me voyais pas me présenter ailleurs», constate l’écologiste.

«J’aurais peut-être pu demander qu’on me donne un parachute doré quelque part dans un comté sûr. Je ne me voyais pas faire ça» – Steven Guilbeault, candidat du Parti libéral dans Laurier-Sainte-Marie

Le candidat libéral concède que Laurier-Sainte-Marie «n’est pas gagnée d’avance». L’appui à son parti aux dernières élections demeure toutefois une «bonne base sur laquelle bâtir», soutient-il. Le PLC avait terminé troisième avec 24% des votes dans le comté en 2015.

Au-delà de l’environnement

L’écologiste le concède: l’environnement est sa priorité, mais il trouve dans la communauté de Laurier-Sainte-Marie plusieurs autres enjeux.

«Je suis préoccupé beaucoup, beaucoup par les questions environnementales. Mais je me suis aussi beaucoup intéressé à des questions sociales. Par exemple, la question du logement», affirme-t-il. Laurier-Sainte-Marie abrite une population dont le revenu médian est l’un des plus bas au pays.

Son doigt se pose aussi sur l’École supérieure de ballet du Québec, sur la rue Gilford.

«L’édifice a besoin d’amour, avance M. Guilbeault. Le financement n’a pas été indexé depuis très longtemps. Je ne comprends pas que les députés auparavant n’aient pas fait de travail de représentation.»

Il veut devenir un «militant» à Ottawa pour les différents organismes du secteur.

Opposition aux pipelines

Celui qui se dit «intéressé» par un poste de ministre de l’environnement continue à croire que l’achat de l’oléoduc Trans Mountain par le gouvernement fédéral était une erreur. Rappelons que les critiques avaient fusé contre M. Guilbeault lors de son investiture, en juillet.

«Ce qui est clair c’est que je ne suis pas d’accord avec ce sujet-là», répète M. Guilbeault.

Il ne remets toutefois pas en question «les intentions du premier ministre». «Les raisons qui l’ont amené à prendre cette décisions-là, je les comprends. Je partage le diagnostic, mais je ne suis pas d’accord avec le remède», soutient-il.

Il continue à faire mousser le vote libéral pour le 21 octobre.

«Une chose est sûre, si les conservateurs gagnent, on n’atteindra pas les objectifs [de l’Accord de] Paris, dit-il. J’ai regardé leur plan d’action, qui n’a de plan d’action que le nom. C’est une série de mesurettes.»