Entrepreneuriat

Pourquoi mon patron feint-il de me faire confiance?

Photo: Métro

Chaque semaine, notre chroniqueur répond à une question sur le comportement des patrons.

«J’ai un patron fantastique. Il n’hésite pas à me confier des mandats et à me dire qu’il me fait entièrement confiance. Le problème, c’est qu’il se sent obligé d’intervenir à chaque étape; il veut savoir comment je vais m’y prendre et me suggère d’autres manières de faire le travail. Comment peut-il à la fois me dire qu’il a confiance en moi et me surveiller tout au long de la réalisation du mandat? Il y a des jours où ça me tombe royalement sur les nerfs.»

Deux facteurs peuvent expliquer ce comportement irritant de votre patron. Le premier, c’est un manque de confiance, non pas à votre égard, mais à l’égard de vos compétences. Peut-être ignore-t-il tout ce que vous savez et ce que vous avez accompli par le passé. Si tel est le cas, il tente maladroitement d’être votre mentor. Il vous interrompt à tout moment en vous demandant ce que vous allez faire et en vous proposant sa manière de faire, mais il continue à se tourner vers vous parce qu’il a foncièrement confiance en vous.

Le deuxième facteur, c’est une crainte pour son propre poste. Peut-être redoute-t-il la moindre erreur, qu’elle provienne de lui ou de ses troupes. Sur la défensive, il agit de façon contre-productive pour se protéger.

C’est d’autant plus triste que, ce faisant, il vous prive de l’autonomie qui vous permettrait peut-être de trouver de meilleures façons de faire. Les êtres humains ont en effet tendance à se dépasser quand on leur démontre qu’on leur fait confiance. Et ils écoutent bêtement quand ils sentent leurs compétences remises en question.

Que faire? Une rencontre est de mise. Commencez par remercier votre patron de la confiance qu’il vous accorde, puis dites-lui quel effet ont ses interventions continuelles sur la qualité de votre travail. Racontez-lui également quelle incidence ont ses interruptions sur votre attitude et sur votre mobilisation. Suggérez, s’il doute de vos compétences, que l’organisation vous offre une formation qui viendra officiellement asseoir votre crédibilité. S’il craint plutôt pour son poste, suggérez que chaque mandat soit divisé en blocs et engagez-vous à lui faire un rapport chaque fois qu’un bloc sera terminé. Bref, mettez-le en confiance, puis soyez à la hauteur de ses attentes.

Prenez également l’habitude, quand vous acceptez un mandat, de lui rappeler les défis similaires qu’il vous a confiés par le passé et que vous avez relevés avec brio. Il ne feint pas de vous faire confiance; il vous confie d’ambitieux projets parce qu’il croit en vous. Il tente de prévenir les problèmes potentiels. Rassurez-le et allez de l’avant!

Les patrons et la confiance
La Ville de Montréal a dépensé plus d’un demi-million de dollars en activités de filature et de surveillance de ses propres employés de 2008 à 2011, plongeant son patron, le maire Gérald Tremblay, dans la pire crise politique de sa carrière. Cela signifie soit que la confiance n’est pas donnée à tous ou que certaines personnes méritent vraiment d’être espionnées.

En résumé

  • Ne jouez pas outre mesure la carte de l’humilité. Faites connaître vos compétences et vos accomplissements.
  • Prenez les devants en tenant votre patron au courant de vos progrès. Ne le laissez pas dans le noir.

Articles récents du même sujet