Formation et emplois

Le bénévolat pour se trouver un emploi

Robyn Young, Métro Canada

D’après Anna Bych­kova, rien ne vaut le bénévolat pour acquérir de précieuses compétences professionnelles.

Après avoir quitté la Russie pour s’établir à Toronto, il y a deux ans et demi, la jeune femme de 27 ans s’est jointe à Volunteer Toronto dans le but d’apprendre l’anglais. Un an plus tard, elle faisait partie du personnel. «Le bénévolat m’a aidée à nouer des liens, à acquérir de nouvelles compétences et à apprendre l’anglais, raconte-t-elle.»

Pour les nouveaux arrivants ou les chercheurs d’emploi, le bénévolat et le travail communautaire peuvent se révéler d’excellents moyens pour essayer quelque chose de nouveau dans un environnement à faible risque.  

«L’atmosphère est détendue et agréable, précise Anna Bychkova. Personne n’a peur de poser des questions.»

Dernièrement, elle a été promue, passant de la réception aux services aux entreprises et aux membres.

Deborah Gardner, directrice de Volunteer Toronto, affirme que donner un coup de main permet d’accéder à l’emploi de nombreuses manières. «On n’obtient pas nécessairement un emploi là où on fait du bénévolat, mais la personne assise à côté de soi ou avec laquelle on travaille peut avoir un réseau étendu et un lieu de travail», explique-t-elle.

Le bénévolat peut aussi être bénéfique pour ceux qui occupent déjà un emploi, selon Deborah Gardner.

«Si vous avez l’impression que votre emploi est menacé, le perfectionnement des compétences constitue une solution pour améliorer votre situation», poursuit-elle.

L’art de parler en public, par exemple, est une aptitude clé dans presque tous les domaines. Deborah Gardner donne l’exemple de l’AIDS Com­mittee of Toronto. Doté d’un service de conférenciers, il offre une formation intensive sur le VIH/sida et les principes de l’art oratoire à ses nouveaux membres.

Elle précise : «Ce perfectionnement professionnel est gratuit. Il suffit de montrer ses nouvelles compétences dans son milieu de travail pour consolider sa sécurité d’emploi.»  

Le bénévolat est en hausse au Canada. Deborah Gardner prévoit que la tendance se maintiendra si la crise économique mondiale continue de s’aggraver.
Récemment rendue publi­que, l’Enquête canadienne sur le don, le bénévolat et la participation réalisée en 2004 par Statistique Canada révèle que près de 12 millions de Canadiens, ou 45 % de la population de 15 ans et plus, ont fait du bénévolat pendant la période d’un an précédant l’enquête. 

Articles récents du même sujet