Formation et emplois

Un enseignement par le travail

Confrontés de­puis quelques années à des difficultés de recrutement et de rétention de personnel, trois Centres de santé et de services sociaux de la région de Montréal (CSSS de la Montagne, CSSS de Saint-Léonard et  Saint-Michel et CSSS du Sud-Ouest-Verdun) se sont regroupés la semaine dernière. En partenariat avec la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et divers organismes communautaires et socio-économiques de la région, ils ont mis sur pied un nouveau programme de formation professionnelle en milieu de travail.

L’École des métiers des Faubourgs de Montréal de la CSDM offre maintenant une formation en assistance à la personne à domicile au Centre d’hébergement de Saint-Henri, où des locaux ont été spécialement aménagés à cet effet. Formés par des enseignants de la CSDM, les étudiants vivront, dès leur premier jour d’école, au cÅ“ur même d’un établissement de santé.

Vers une embauche

«Chaque candidat sélectionné par un des trois CSSS aura la chance, éventuellement, de travailler pour son CSSS d’appartenance. Ce ne sont pas des promesses d’embauche, mais les pos­tes sont là si les candidats répondent aux attentes de l’établissement, explique Catherine Lachaîne, directrice adjointe à l’École des métiers des Faubourgs de Montréal. Nous croyons que bel exemple de la collaboration que les réseaux de l’éducation et de la santé et des services sociaux peuvent développer pour mieux arrimer l’enseignement et le milieu du
travail.»

Secteur en pénurie

Il faut dire que le domaine de la santé voit augmenter se besoins de main d’Å“uvre  de pusi quelques années, et toutes les initiatives pour combler la pénurie de personnel qualifié sont accueillis favorablement.

«Le manque de professionnels dans le milieu de la santé est tel que les établissements font de plus en plus appel à des agences de placement. Le besoin d’infirmières, de préposés aux bénéficiaires ou encore d’auxiliaires familiales et sociales est particulièrement grand, précise
Mme Lachaîne. Cette initiative, qui intéresse déjà d’autres établissements de santé, semble aller dans le bon sens.»

Articles récents du même sujet