Formation et emplois

Moins d'embauches cet été

L’été n’est jamais un moment très propice à la recherche d’emploi, et ce pourrait être encore le cas en 2009. L’enquête de Manpower sur les perspectives d’emploi révèle que le climat de recrutement sera plus modéré pour le troisième trimestre de 2009, soit de juin à la fin du mois de septembre.

Si 16 % des répondants comptent embaucher du personnel au cours des trois prochains mois, ce sera le statu quo pour 70 % d’entre eux. De plus, 11 % estiment devoir réduire leurs effectifs. Trois pour cent n’ont toujours pas déterminé leur stratégie.

Saison morte

Une fois les variations saisonnières éliminées des données du sondage, la prévision nette d’emploi au pays tombe à -3 %, ce qui laisse présager pour le troisième trimestre de 2009 un recrutement sans beaucoup d’entrain.

Les perspectives d’emploi sont en fait légèrement inférieures à celles du trimestre précédent où les employeurs indiquaient une prévision nette de 1 %.

«La prévision nette d’emploi pour l’ensemble du Canada indique une prolongation des activités de recrutement modérées observées au trimestre précédent, a déclaré par voie de communiqué Lori Rogers, vice-présidente des opérations de Manpower Canada. Les employeurs nous révèlent en effet qu’ils comptent augmenter leurs effectifs, mais à un rythme moins soutenu qu’au dernier trimestre.»

Au Québec cependant, le solde net afficherait 10 %.

Secteur public en bonne posture

Sur les dix secteurs étudiés, c’est dans celui de l’administration publique que l’on signale les activités de recrutement les plus intenses pour la période de juillet à la fin de septembre 2009, avec une prévision nette d’emploi de 9 %, une fois les variations saisonnières éliminées des données de l’enquête.

Les employeurs dans le secteur des finances, de l’assurance et de l’immobilier s’attendent eux aussi à un rythme d’embauche encourageant avec une prévision nette d’emploi de 8 %. Enfin, avec un solde net de 6 %, 5 % et 2 %, respectivement, les employeurs dans les secteurs de la construction, de l’éducation et du commerce de gros et de détail prévoient un rythme de recrutement légèrement plus modéré.

Par ailleurs, les secteurs de la fabrication de biens non durables et de la fabrication de biens durables connaîtront les plus fortes baisses, avec des perspectives d’emploi nettes plongeant de -12 % et de -20 %, respectivement.  

L’industrie minière et le secteur des transports obtiennent aussi des prévisions nettes à la baisse de l’ordre de -2 %, alors que le secteur des services reste stable à 0 %.

Ce coup de sonde a permis de rejoindre quelque 1 900 employeurs canadiens. L’enquête globale de Manpower est menée dans 34 pays auprès de 70 000 employeurs.

Articles récents du même sujet