Formation et emplois

Secteur professionnel et technique: cinq formations qui interpellent les étudiants

Les commis­sions scolaires et le ministère de l’Éducation travaillent depuis de nombreuses an­nées à redonner ses lettres de noblesse à la formation professionnelle et technique dispensée au secondaire. Bien que la route soit encore longue, le nombre d’inscriptions est en hausse depuis quelques années.

Cette voie demeure souvent l’affaire d’adultes qui retournent sur les bancs d’école après quelques an­nées d’absence. À la Com­mission scolaire de Montréal (CSDM), l’âge moyen des étudiants inscrits dans un programme professionnel et technique oscille autour de 27 ans.

Pourtant, cette formation, même si elle peine à se dé­-barrasser de son aura de «deux­ième choix», offre des débouchés fort intéressants, particulièrement à Montréal, où les services professionnels et techniques sont au cÅ“ur de l’économie.

Métro a dressé le portrait des cinq formations les plus populaires dans le secteur professionnel et technique au Québec et à Montréal.

Premier rang : Santé, assistance et soins infirmiers
En raison d’un roulement élevé de main-d’Å“uvre, les diplômés en soins infirmiers sont parmi les plus prisés dans l’ensemble du Québec. À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), 1 876 étudiants étaient inscrits au programme entre le 1er juillet 2008 et le 30 juin 2009. En terme d’inscriptions, ce programme est près de deux fois plus populaire que celui en montage de structures aérospatiales, qui constitue son plus proche poursuivant dans la métropole. À l’échelle provinciale, les soins infirmiers trônaient également en tête des programmes les plus populaires, avec 6 738 inscriptions pour l’année 2006-2007.

  • Revenu moyen : 28 000 $
  • Statistiques (au Québec, 2007) : Nombre de diplômés : 119
  • Diplômés en emploi : 80,6 %
  • À temps plein : 76 %
  • En lien avec la formation : 86,8 %

Deuxième rang : Comptabilité
De nombreux départs à la retraite et un important roulement du personnel ont fait en sorte que la profession de commis à la comptabilité figure parmi les plus en demande au Québec. Les besoins sont particulièrement criants à Montréal et à Québec. Le nombre d’inscriptions au programme de comptabilité, qui mène à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP), reflète bien cette réalité. Au Québec, 6 207 inscriptions ont été enregistrées en 2006-2007. Il s’agit du deuxième meilleur résultat. À la CSDM, le programme se classe au septième rang en terme de popularité, avec 453 inscriptions.

  • Revenu moyen : 36 000 $
  • Nombre de diplômés : 1 315
  • Diplômés en emploi : 75,8 %
  • À temps plein : 84,6 %
  • En lien avec la formation : 72,7 %

Troisième rang : Secrétariat
Avec 5 833 inscriptions dans la province, la formation en secrétariat arrive au troisième rang des formations les plus populaires pour l’année 2006-2007. Le portrait est identique à la CSDM, où 633 étudiants étaient inscrits au programme en 2008-2009. L’importante demande pour les diplômés en secrétariat, attribuable notamment aux nombreux départs à la retraite, l’a propulsé parmi les professions les plus en demande au Québec. Ses diplômés affichant un taux de chômage de seulement 8,2?%, le programme en secrétariat constitue une valeur sûre, particulièrement dans les Lau­rentides et en Outaouais, où la demande est soutenue.

  • Revenu moyen : 31 000 $
  • Nombre de diplômés : 1 250
  • Diplômés en emploi : 81,9 %
  • À temps plein : 86,8 %
  • En lien avec la formation : 83,6 %

Quatrième rang : Mécanique auto
Au quatrième rang des formations professionnelles et techniques les plus populaires, tant au Québec en général qu’à Montréal en particulier, figure la mécanique automobile. Au Qué­bec, en 2006-2007, 3 847 étudiants étaient inscrits au programme. À Montréal, en 2008-2009, on recensait 493 inscriptions. Profession­nel très recherché au Québec, le mécanicien automobile est particulièrement populaire en raison des changements technologiques qui ont créé un besoin pour une main-d’Å“uvre spécialisée. Pour l’heure, de nombreux employeurs auraient de la difficulté à recruter des employés possédant l’ensemble des compétences requises.

  • Revenu moyen : 36 000 $
  • Nombre de diplômés : 1 057
  • Diplômés en emploi : 82,2 %
  • À temps plein : 98,5 %
  • En lien avec la formation : 80,4 %

Cinquième rang : Charpenterie-menuiserie
Malgré le ralentissement économique, les secteurs de la construction commerciale et institutionnelle et de la rénovation résidentielle ont continué de progresser. Une forte demande pour des charpentiers-menuisiers a ainsi été observée au Québec, particulièrement en Estrie et dans les Laurentides. La formation en charpenterie-menuiserie figure au cinquième rang des program­mes les plus populaires au Québec, avec 3 486 inscriptions en 2006-2007. À la CSDM, 464 étudiants l’ont choisie en 2008-2009, ce qui lui permet de talonner la mécanique automobile en termes de popularité.

  • Revenu Moyen : 37 000 $
  • Nombre de diplômés : 1 375
  • Diplômés en emploi : 78,9 %
  • À temps plein : 96,0 %
  • En lien avec la formation : 85,3 %

Articles récents du même sujet