Formation et emplois

Étudier la médecine au Québec est plus avantageux qu'ailleurs au Canada

Marie-Noël Gagné - Métro

Le niveau d’endettement d’un finissant québécois en médecine est beaucoup moins élevé que celui des étudiants provenant d’ailleurs au Canada. Les dettes d’études des futurs médecins québécois sont passées de 14 500 $ en 2001, à 30 000 $ en 2007, selon une étude menée par des médecins canadiens et publiée dans le Medical Education en mai 2010. En ce qui concerne le reste du pays, la dette était de 50 000 $ en 2001 et se chiffrait à 90 000 $ six ans plus tard.

«Avec un tel niveau d’endettement, les étudiants pourraient être moins motivés à poursuivre des carrières en recherche ou à choisir de pratiquer la médecine familiale ou la gériatrie», a souligné le Dr Tyler Johnston, président de la Fédération des étudiants en médecine du Canada.

Par ailleurs, la plupart des étudiants en médecine hors Québec sont issus de familles riches, tandis que les Québécois «sont plus susceptibles de provenir de familles à faible revenu», ont révélé les auteurs de l’étude. La population d’étudiants québécois en médecine est finalement plus représentative des milieux ruraux et des minorités visibles qu’ailleurs au Canada.

Les chercheurs ont donc conclu que le profil des étudiants québécois amène une diversité essentielle dans le monde de la médecine canadienne. «L’augmentation de la diversité des étudiants en médecine pourrait en fait augmenter l’accessibilité aux soins médicaux dans les régions mal desservies, a précisé le Dr Johnston. Nous savons que les étudiants en médecine provenant de régions rurales sont plus susceptibles de desservir des patients de groupes à faible revenu. Ce sont des communautés où nous avons besoin de médecins.»

Québec vs Canada

  • Frais de scolarité pour une année d’étude en médecine à l’Université de Toronto : 3 222 $ en 1994, 18 416 $ en 2007
  • À l’Université de Montréal : 2 286 $ en 1994, 3 543 $ en 2007

Articles récents du même sujet