Formation et emplois

À table!

Dans une province renommée pour sa gastronomie, l’industrie hôtelière a besoin de main-d’œuvre. Développé pour combler une lacune dans cette industrie, le nouveau programme Gestion d’un établissement de restau­ration  du Collège LaSalle est exclusif au Québec.

Le programme mis sur pied par le Collège LaSalle pour apprendre aux étudiants à gérer un restaurant offre un taux de placement de 86 %. La formation est assurée par des profs toujours actifs dans le milieu.

Pour s’inscrire au diplôme d’études collégiales (DEC) du Collège, l’étudiant  doit avoir en poche un diplôme d’é­tudes professionnelles (DEP) d’un an en cuisine d’établissement. Il ne lui faudra que deux ans pour compléter ce programme intensif et accéder au marché du travail.

Les étudiants ont l’occasion de s’exercer à devenir cuisiniers durant leur formation en travaillant au restaurant de l’institution, Le Fuchsia. Le DEC les forme aussi à faire de la gestion de stocks, de la vente, du marketing et de la comptabilité.

Ce diplôme peut mener à des carrières variées. Un dipômé peut devenir cuisinier ou propriétaire d’un établissement, ou encore intendant sur un bateau de croisière. Il peut aussi travailler pour la direction de chaînes de restaurants, pour des entreprises d’alimentation internationales, des restaurants de renom, des centres de villégiature et même des résidences pour personnes âgées.

Un étudiant sur la carte

Ayant terminé le programme en 2009, Hugo Martineau cu­mu­le plus de 10 années d’expérience en restauration. Bien que son passage au Collège LaSalle lui ait permis d’acquérir de l’expertise en gestion côté salle à manger, sa véritable place reste en cuisine. La preuve?: il a remporté un concours lui donnant droit à une bourse.

Hugo figure parmi les trois Québécois qui se sont envolés pour Shanghai afin de participer à l’exposition universelle qui se tient là-bas. Du 1er mai au 31 octobre, au cours de différentes réceptions, il présentera les plaisirs de la table canadienne aux côtés de six autres cuisiniers et d’un chef exécutif, avec la ferme intention de valoriser les classiques d’ici et de mettre en vedette les produits d’ici. «La cuisine du Québec est en train de trouver sa place au niveau international», a-t-il confié à Métro, fier de pouvoir contribuer à la faire connaître.

Articles récents du même sujet