Formation et emplois

Les Canadiens manquent de temps

Selon le nouveau rapport de l’Indice canadien du mieux-être (ICME), intitulé Aux prises avec des horaires surchargés et le manque de temps : l’aménagement du temps, le loisir et la culture au Canada, les Canadiens, surtout les femmes, sont aux prises avec des horaires surchargés, et le problème s’aggrave depuis les 15 dernières années.

«À titre individuel et collectivement, nous payons cher ces horaires surchargés et ce manque de temps. Nous sommes en moins bonne santé, physiquement et mentalement, et nous avons moins de temps pour des loisirs et la détente en famille», a souligné Roy J. Romanow, président du conseil consultatif de l’ICME.

Le pourcentage de Canadiens à ressentir vivement l’étau des horaires surchargés est passé de 16 % en 1992 à 20 % en 2005. De plus, en 1992, 23 % des Canadiens avaient des horaires de travail non usuels (week-end, soir, nuit et quarts de travail tournants).

En 2009, ce pourcentage avait grimpé à 29 %. OPar ailleurs, le nombre de jeunes âgés de 15 à 17 ans qui prenaient un repas avec leurs parents au cours d’une journée normale est passé de 64 % en 1992 à 35 % en 2005.

Articles récents du même sujet