Formation et emplois

Guide de ville : un métier pour les curieux

La mission de Martin Robitaille : chercher et partager avec d’autres les secrets de Montréal  Guide de ville depuis 1997 et formateur à l’Institut du tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), il fait découvrir aux touristes les attraits de la métropole.

Le métier de guide de ville est faite sur mesure pour les autodidactes, estime Martin Robitaille. «La ville change et il faut toujours mettre ses connaissances à jour, affirme le guide de 42 ans. On ne doit pas se limiter à l’histoire du Québec, car il faut bien connaître les autres pays pour faire le lien avec ce qui intéresse les étrangers. Les touristes français n’auront pas les mêmes interrogations que les Américains ou les Chinois, par exemple.»

Comme ils sont pigistes, les guides de ville doivent faire un travail impeccable pour se démarquer. Peu nombreux sont ceux qui réussissent à travailler toute l’année. Avec la hausse du dollar canadien et la crise économique, le secteur touristique est aussi devenu plus précaire. «Soyez prêt à tout accepter lorsque vous commencez, conseille M. Robitaille. Mon premier mandat a été de surveiller un groupe de jeunes qui dormaient dans un hôtel. Le milieu du tourisme est petit et on ne vous rappellera pas si vous dites non trop souvent.»

Le fruit du hasard

Martin Robitaille a découvert le métier de guide en 1993 après avoir terminé son baccalauréat en administration. «Je n’étais pas heureux de mon choix, se souvient-il. Un ami m’avait parlé du métier de guide. Je me suis inscrit à un cours en tourisme au collégial pour mieux connaître cette profession. J’ai compris après les cinq premières minutes du cours que c’est ce que je voulais faire.»

Son professeur remarque l’étincelle dans les yeux de son étudiant et lui conseille de soumettre sa candidature à Air Transat, qui cherche alors des guides accompagna­teurs. Le jeune homme commence ainsi sa carrière en 1994 en accompagnant des groupes de touristes dans des voyages au Québec et en Ontario. Trois ans plus tard, il installe ses pénates à Montréal et devient guide de ville, ce qui lui permet de concilier travail et famille.

Articles récents du même sujet