Formation et emplois

La science s'adresse aux jeunes


Qu’est-ce que La science prend le métro?

C’est un projet qui vise à interpeller les jeunes qui manquent de motivation à l’école ou qui ont
décroché du système scolaire, et qui pourraient être intéressés à faire une carrière scientifique. Des jeunes qui ont choisi une telle carrière leur parlent de leurs passions, des raisons pour lesquelles ils sont tombés en amour avec leur future carrière en science, de l’impact qu’ils pensent avoir sur le monde, etc.

Vous êtes vous-même en première année d’université en neurosciences. Pourquoi avoir choisi les sciences?
J’ai toujours eu un esprit scientifique et je suis plutôt curieuse. Il y a trop de questions sans réponses. Ça m’a donné envie d’aller approfondir ce savoir-là. J’ai peut-être aussi un peu envie de laisser quelque chose pour la postérité… De nouvelles connaissance, c’est un beau cadeau à laisser aux générations futures.

Selon vous, les sciences sont-elles boudées ou méconnues par la société en général?
Il y a peut-être un petit préjugé qui persiste, à savoir que les sciences sont plates. En réalité,  c’est un domaine passionnant. Il y a même des blagues de science! (rire) C’est très stimulant comme domaine. C’est loin d’être une job solitaire, sauf si on veut que ce le soit. De manière générale, c’est du travail d’équipe, on est en relation avec des gens et c’est réellement le fun.

Quels sont les intérêts et qualités qu’un jeune devrait avoir pour être intéressé par les sciences?
Il faut surtout de la curiosité. On doit aussi avoir un bon esprit de synthèse et être capable de faire des liens entre différentes choses. Parfois, ma culture générale me sert à comprendre un concept dans un cours scientifique.

C’est demain qu’a lieu le lancement de la deuxième phase de La science prend le métro à la station Berri-UQAM. Qu’y a-t-il au programme?
Pour ma part, je vais poser une grande question à tous ceux qui passeront, qui est «quand je dis science, à quoi tu penses?» Nous ferons une vidéo avec toutes les réponses qu’on mettra sur Facebook par la suite. Il y aura aussi un slam scientifique fait par Julie Dirwimmer, et le programme de La science prend le métro sera présenté.

Et quelle est la réponse que vous donneriez à votre propre question?
Je dirais que la science évoque pour moi un monde de possibilités. J’ai l’impression de déconstruire et de reconstruire le monde au complet, de regarder tous les petits détails et l’ensemble en même temps.

Lancement demain, 13 h 30, métro Berri-UQAM

Du pain sur la planche…

Malgré le travail de valorisation des sciences qui a été fait
dans les dernières années, les jeunes Canadiens se montrent encore peu
intéressés à poursuivre des études en sciences après avoir terminé le
secondaire, selon un nouveau sondage Angus Reid Vision Critical. En
effet, un seul adolescent canadien âgé de 16 à 18 ans sur trois (37 %)
est intéressé à suivre un cours de sciences au niveau postsecondaire, et
ceux ayant l’intention de le faire sont les élèves qui ont déjà au
moins un cours de sciences dans leur programme d’études secondaires. Par ailleurs, plus de 8 adolescents sur 10 (82 %) reconnaissent que l’étude des sciences donne
accès à de nombreuses possibilités de carrière et estiment qu’une
diminution du nombre d’étudiants en sciences aura, à long terme, un
impact sur la société (84 %).

Articles récents du même sujet