Formation et emplois

Est-ce que je peux te parler une minute?

«Est-ce que tu as une mi­nute?» Avez-vous re­mar­qué que, généralement, ceux qui vous posent ce gen­re de question s’apprêtent à vous prendre plus d’une minute? Il y en a même qui vous gaspilleront une heure si vous répondez oui à cette petite question. Quels sont les impacts? Si votre charge de travail est légère cette journée-là, vous ne risquez pas de prendre du retard et ce moment de discussion, même s’il ne contribue pas à faire avancer vos tâches mutuelles, peut améliorer votre relation et, ce faisant, l’atmosphère au bureau. Bravo!

Mais imaginez que ce soit une journée où vous croulez sous le travail. Que se passera-t-il si votre visiteur décide de prendre racine et de vous empêcher de travailler? Vous risquez de livrer votre travail en retard, de le faire à toute vitesse et de livrer de la sous-qualité ou de devoir faire du temps supplémentaire. Vous y perdez dans les trois cas. Votre temps est précieux. C’est une ressource épuisable. Il convient donc d’empêcher les gens de le gaspiller. Voici quelques trucs pour y arriver.

Doit-il vous parler ou souhaite-t-il vous parler? Il y a des événements urgents et d’autres qui peuvent attendre. Apprenez à les différencier. De même, il y a des gens qui se présentent dans votre bureau avec des questions importantes et d’autres qui souhaitent simplement potiner. Gérez votre espace de travail. Vous ne souhaitez pas être dérangé? Ayez l’air occupé. Ne déposez pas votre stylo ou placez une pile de documents sur la chaise vous faisant face (personne ne pourra s’y asseoir).

Annoncez votre disponibilité. Si vous avez cinq minutes, annoncez-le. Allez-y d’un «J’ai un horaire chargé aujourd’hui. Si je te disais que j’ai cinq minutes, pas plus? Sinon, on pourrait se voir à la pause ou après le travail…» Sachez dire au revoir. Quand le temps accordé est écoulé, décidez si l’importance du sujet discuté mérite que vous y consacriez plus de temps AUJOURD’HUI et, dans la négative, annoncez que vous devez retourner à la tâche en cours. Si l’autre continue, proposez de poursuivre à la pause ou après le travail.

En  conclusion, retenons que personne ne respectera votre temps si vous ne le respectez pas vous-même. Cela ne veut pas dire que vous ne devez jamais dire oui à quelqu’un qui souhaite vous parler. Vous devez simplement définir vos limites en fonction de l’importance des propos et de votre charge de travail du moment. Gare aux chronophages!

Articles récents du même sujet