Formation et emplois

La chance sourit aux esprits préparés

En entrevue, la chance n’existe pas. Mais le succès à la suite d’une préparation parfaite, oui! Prétendre que votre voisin est «chanceux», car il a obtenu l’emploi dont vous rêviez, équivaut à prendre les recruteurs pour des incompétents naïfs qui choisissent leurs employés au hasard. Peu importe ce que vous en pensez, soyez assuré que ce n’est pas le cas! Nous vous présentons aujourd’hui la recette pour vous assurer une préparation optimale en vue de votre prochaine entrevue. Alors, réchauffez dès maintenant votre imprimante ou sortez vos ciseaux!

D’abord, effectuez une recherche exhaustive sur internet pour dénicher toutes les informations possibles sur la compagnie qui vous convoque, puis apprenez par cÅ“ur le contenu de l’offre d’emploi et de votre curriculum vitæ. Par la suite, préparez une réponse adaptée à chaque question type d’entrevue et pratiquez vos réponses 3 fois, 7 fois, 13 fois, bref, jusqu’à ce que vous les maîtrisiez parfaitement! (Il est important de le faire à voix haute, car, comme lorsqu’on essaie d’interpréter une chanson de Céline Dion, le résultat qu’on entend dans notre tête ressemble rarement à celui qui sort de notre bouche…)

Toujours à cette étape, établissez un plan de match, c’est-à-dire l’image que vous désirez laisser à l’intervieweur, les informations que vous voulez absolument lui transmettre, les aptitudes que vous comptez démontrer. Au cours de l’entrevue, vous vous efforcerez de respecter ce plan de match, peu importe les questions qui vous seront posées et l’attitude de l’intervieweur.

Placez ensuite dans le porte-documents qui vous accompagnera en entrevue des copies de votre CV, de vos récents diplômes et relevés de notes, des plus beaux documents que vous avez réalisés, de vos lettres et de votre liste de références, de la liste des questions que vous comptez poser en fin d’entrevue, et d’un crayon et d’une tablette de papier pour noter les réponses de l’employeur à ces questions. (Quoiqu’à bien y penser, si jamais vous avez obtenu votre diplôme par la peau des dents, vous pourriez oublier votre relevé de notes à la maison…)

La veille du jour J, rendez-vous sur les lieux de l’entrevue pour bien connaître le trajet, évaluer le temps de transport, repérer les espaces de stationnement ou les arrêts d’autobus. Dans la mesure du possible et de la logique, et c’est le cas dans certaines grandes entreprises, vous pourrez même entrer à l’intérieur de l’édifice pour vous imprégner de l’ambiance, noter comment les gens sont habillés, voire dîner à la cafétéria!

Avant de vous endormir ce soir-là, préparez votre tenue, votre Power Suit, qui devrait être une coche au-dessus de celle que vous porteriez éventuellement dans cette entreprise. Attention à cette subtilité, car le trop chic peut devenir aussi problématique que le trop moche. Imaginez une femme qui se présenterait en tailleur Chanel pour un poste de soudeuse…

Le matin de l’entrevue, après une nuit peut-être écourtée par le stress, prenez le temps de soigner votre apparence : coiffure, maquillage, barbe, etc. Et si vous rencontrez l’employeur à 13 h, évitez de manger pour dîner une salade César avec pain à l’ail, suivie de deux cafés et de trois cigarettes…

Bon, il est temps de se rendre sur les lieux de l’entrevue. (Parfois, le simple fait d’imaginer ce moment provoque l’anxiété!) Arrivez dans les environs une heure à l’avance, question de prévoir l’imprévisible entourant le transport. Vous en profiterez pour relire à nouveau l’offre d’emploi, pratiquer vos réponses, et respirer profondément… Finalement, présentez-vous à la réceptionniste cinq minutes à l’avance.

Lorsque l’intervieweur vous tendra la main, offrez-lui une poignée de main ferme, confiante et aussi peu moite que possible… (Afin de mettre toutes les chances de votre côté, lavez-les à l’eau froide quelques minutes auparavant, puis gardez-les à l’air libre.) Pour une poignée de main parfaite à tout coup, exercez-vous à la présenter avec les cinq doigts entrouverts, une légère pression sur ceux-ci, puis à contrôler leur fermeture dans la main de votre interlocuteur. Allez! je vous laisse avec lui… Bon succès!


Cette chronique est un service de Septembre Éditeur

Articles récents du même sujet