Formation et emplois

Mais s'il fallait que ça ne marche pas…

Imaginez un enfant qui, de peur de tomber, n’essaierait pas d’apprendre à marcher. Vous vous diriez qu’il a des problèmes, n’est-ce pas? Parlons de vous maintenant…

Votre imagination fonctionne-t-elle sur le mode catastrophe? Vous présente-t-elle des scénarios apocalyptiques chaque fois que vous songez à faire une suggestion, à apporter un changement ou simplement à vous lancer dans un projet qui vous fait envie? Combien de fois vous êtes-vous empêché de poser un geste parce que la peur de ses conséquences vous immobilisait?

Heureusement, vous n’avez pas toujours été ainsi. Imaginez si, au moment d’apprendre à marcher, vous vous étiez dit que ça ne fonctionnerait pas, que vous alliez tomber et que les gens riraient de vous. Vous seriez peut-être encore en train de ramper au­jourd’hui! Mais, heureusement pour vous, à cette époque de votre vie, votre désir de marcher était plus grand que votre crainte de vous ridiculiser.

L’être humain apprend par essais et erreurs. Il est impossible, si on souhaite grandir et devenir meilleur, de ne jamais se tromper. La vie comporte des risques, et ces risques sont bénéfiques. Ils nous permettent de tirer des leçons, de distinguer ce qui est bien de ce qui est mal. Les échecs nous permettent ensuite de rectifier le tir et d’enfin accéder à la réalisation de nos rêves. Celui qui ne se trompe jamais ne réalisera jamais ses rêves.

Vous avez peur de l’échec? Vous vous dites qu’il jettera le discrédit sur votre réputation et qu’il vous empêchera d’aller plus loin? Vous vous trompez : au contraire, il prouvera que vous ne vous contentez pas du statu quo, que vous vous posez des questions et que vous êtes prêt à courir des risques pour améliorer votre travail. Ce sont là, il me semble, des éléments qui, loin de vous plonger dans la honte, devraient vous encourager à bomber le torse et à vous sentir fier!

Alors aujourd’hui, le mot d’ordre est OSER. Osez faire ce dont vous avez envie depuis des semaines. Osez même si les chances de succès ne sont que de 25 %. Faites-le et arrêtez d’en rêver le soir au moment de vous endormir. Vous ne saurez jamais si ça marche tant que vous ne l’aurez pas essayé. Si ça marche, on vous félicitera (certains vous jalouseront en secret), et votre réputation aura encore grimpé d’un cran.

Si c’est un échec, ne vous cachez pas. Tirez une leçon. Levez la tête et partez à la recherche d’une meilleure manière d’y arriver. Un échec n’est pas la fin du monde. C’est une étape nécessaire à l’amélioration des choses. Il y a trop de gens qui s’empêchent de réaliser leurs rêves de crainte de connaître quel­ques échecs en chemin. Ne sacrifiez jamais vos rêves simplement pour maintenir un statu quo.

Articles récents du même sujet