Formation et emplois

La philanthropie à l'université

Journal Forum de l'Université de Montréal

Le certificat en gestion philanthropique de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal compte 30 crédits universitaires. Il est destiné aux personnes qui travaillent ou souhaitent faire carrière dans le domaine de la gestion philanthropique.

Complémentaire à une formation initiale dans des domaines comme la ges­tion, la santé ou les sciences sociales , ce programme s’adres­­­se aux candidats désirant acquérir les connais­sances nécessaires à l’exercice de leur rôle d’administrateur ou de professionnel au sein d’organisations philanthropiques et communautaires.

Un domaine en plein essor
Après avoir fait un baccalauréat en gestion à HEC Montréal, Christian Tanguay trouvait qu’il lui manquait une formation spécialisée en philanthropie. Ce directeur financier de Jeunesse Lambda et vice-président d’AlterHéros, des organismes sans but lucratif venant en aide aux jeunes, s’est donc inscrit au certificat.

«J’y ai trouvé des moyens de maximiser mon influence sur le terrain et des éléments de réflexion utiles pour faire évoluer ma carrière», mentionne-t-il. D’après lui, la société contemporaine ne saurait se passer de philanthropie. «Les organismes de tous ordres ne peuvent se développer sans dons d’entreprises ou d’individus. »

Selon une enquête nationale réalisée en 2003, le Québec compte d’ores et déjà environ 46 000 organismes à but non lucratif qui emploient 470 000 personnes et engendrent des revenus de 25 milliards de dollars.

Responsable de ce programme d’études, Caroline Bergeron ajoute que la philanthropie est en train d’acquérir ses lettres de noblesse. «En raison de l’importance de l’État dans le financement des services publics et de la rareté des grandes fortunes personnelles, les Québécois ont longtemps cru que la philanthropie ne les concernait pas. Les choses changent depuis une vingtaine d’années.»

Première formation francophone en philanthropie
Le Certificat en gestion philanthropique compte 125 étudiants dont la plupart sont des professionnels en exercice. On n’y enseigne pas de techniques de sollicitation, mais on propose plutôt des outils de réflexion pour mieux étayer les interventions, souligne Mme Bergeron.

Âgés de 25 à 58 ans, les sept premiers diplômés viennent de milieux aussi divers que la publicité, l’enseignement, le développement durable et la santé. Premier programme universitaire francophone de ce type au Québec, le certificat est appelé à croitre. Un observatoire de la philanthropie est en projet, et le travail des diplômés pourrait être mis à contribution.

Date limite des inscriptions pour le trimestre printemps-été 2011: 1er mars
www.fep.umontreal.ca

Articles récents du même sujet