Formation et emplois

Emploi en génie civil : «Ceux qui aiment les défis, allez-y !»

Photo: Yves Provencher/Métro

C’est l’aspect pluridisciplinaire qui a amené Stéphane Lajoie au génie civil il y a près de 20 ans.

Après avoir complété, en 1997, un baccalauréat à l’Université de Sherbrooke dans ce domaine d’activités, il a choisi de faire une maîtrise en traitement des eaux à l’Université Laval.

«Le côté sciences appliquées du génie civil m’intéressait beaucoup. Par contre, je me suis rendu compte, pendant mes études, que l’aspect structure m’intéressait moins, raconte Stéphane Lajoie. J’avais plutôt envie d’œuvrer à la réalisation des réseaux d’aqueduc et d’égout qui desservent les villes. Le travail auprès d’usines de traitement des eaux m’interpellait aussi, puisqu’il nécessite la mise en pratique de connaissances diverses en chimie, en physique et en microbiologie. Je me suis donc spécialisé dans ce domaine.»

Sa maîtrise en poche, Stéphane Lajoie a fait ses premiers pas dans la profession avec SNC-Lavalin à Haïti, où il a vécu trois ans. Ensuite, après avoir roulé sa bosse au Québec pendant quelques années, il a été embauché à titre de directeur du département Infrastructures chez Cegertec WorleyParsons pour la région de Montréal en 2009.

«Essentiellement, mon travail au sein de l’entreprise est de faire de la gestion de projets, explique Stéphane Lajoie. Je m’occupe de l’affectation des ressources, de l’embauche du personnel, des contrôles de qualité, du suivi des budgets, des échéanciers, etc. Je m’assure que tout soit en place pour garantir le bon déroulement des projets. Environ 10 à 12 % de mon travail se fait sur le terrain. Je m’y rends pour effectuer les contrôles préliminaires et finaux.»

Un emploi comme celui-ci requiert des qualités particulières. «Il faut avoir un bon esprit de synthèse, des aptitudes pour la gestion, du leadership et un bon sens de l’organisation et de la planification. Il faut également pouvoir s’adapter continuellement aux nouveaux échéanciers et aux demandes des clients», explique M. Lajoie.

Avec les projets d’envergure qui s’en viennent au Québec et avec les grands besoins en effectifs auxquels seront bientôt confrontées les firmes de génie-conseil, Stéphane Lajoie n’hésite pas à inciter les intéressés à choisir le génie civil.

«Personnellement, ce que je préfère de mon travail, c’est qu’il n’y a pas deux projets pareils. Alors à tous ceux qui aiment les défis, je leur dis : allez-y.»

CV
Stéphane Lajoie, ingénieur en génie civil
• Formation : Baccalauréat en génie civil à l’Université de Sherbrooke (1993-1997) et maîtrise en traitement des eaux à l’Université Laval (1997-1999)
• Employeur au moment de l’entrevue : Directeur du département Infrastructures chez Cegertec WorleyParsons pour la région de Montréal depuis 2009

Articles récents du même sujet