Formation et emplois

Quand la performance compromet l'équilibre

Staff - Journal Forum de l'Université de Montréal

La conciliation entre le travail (ou les études) et la vie personnelle permet de gérer efficacement ses nombreu­ses responsabilités tout en maintenant une bonne santé physique et psychologique. À l’inverse, un mode de vie déséquilibré est souvent causé par le manque de temps accordé à une ou plusieurs sphères de notre vie (familiale, professionnelle, scolaire, so­ciale, personnelle). Les besoins qui y sont liés ne sont plus alors comblés adéquatement, ce qui engendre un manque et peut même devenir une source de stress importante. Une étude réalisée en 2005 par l’Agence de la santé publique du Canada révélait qu’un peu plus du quart des Canadiens estimaient que leurs responsabilités professionnelles entra­vaient leurs responsabilités familiales.

L’étude mentionnait aussi que plus de la moitié des gens questionnés étaient aux prises avec une surcharge de rôles ou de tâches. On constatait ainsi que la conciliation travail et vie personnelle était difficile, et qu’un grand nombre de Canadiens avaient même tendance à laisser leur travail prédominer sur leur vie personnelle. Jean-Pierre Brun, expert dans le domaine du bien-être au travail, affirme qu’il est faux de croire qu’un surinvestissement au travail conduit au succès professionnel et personnel.

Il signale aussi que la vie personnelle ou familiale n’a pas à souffrir des exigences du travail et qu’il faut savoir prendre ses heures de repas et ses pauses et partir du bureau. Mais, souvent, la pression est forte et l’on se sent forcé d’en donner plus. Il importe alors d’en discuter avec ses supérieurs afin de trouver des solutions pour ainsi développer une conscience collective favorable au maintien d’un bon équilibre chez chacun.

Comment concilier les diverses sphères de sa vie?
La première chose à faire pour améliorer sa qualité de vie, est de prendre cons­cience de sa situation personnelle et de se fixer des objectifs réalistes. Il est impossible de penser rééquilibrer sa vie du jour au lendemain. Dans un deuxième temps, il faut être l’initiateur de son propre changement de vie et opter pour des actions concrètes qui favoriseront des adaptations appropriées. Il suffit alors de définir clairement ses priorités et, surtout, de chercher du soutien auprès de sa famille, de ses amis, des services communautaires ou encore de son environnement de travail. N’attendez pas que d’autres prennent votre vie en main, agissez dès aujourd’hui. Vous constaterez rapidement que les modifications apportées, même mineures, vous procureront un sentiment de bien-être qui ira rapidement en augmentant.

Établir ses priorités
Si vous n’établissez pas vos limites, d’autres le feront pour vous. Décidez d’abord quelles sont vos priorités, sans quoi les risques d’épuisement peuvent augmenter. Même si certaines périodes sont plus chargées, elles doivent être temporaires. Maintenir un bon équilibre vous permettra de répondre convenablement à l’ensemble de vos besoins tout en préservant un niveau de bien-être acceptable, c’est-à-dire «un état d’équilibre et d’aisance du corps et de l’esprit, caractérisé par l’estime de soi, l’équilibre psychologique, la maîtrise de soi et des événements, la sociabilité, l’engagement social et un sentiment de bonheur». Bien que cet état implique un investissement personnel, le jeu en vaut certainement la chandelle!

Articles récents du même sujet