Formation et emplois

La psychose des bonnes notes au bulletin

Photo: MWN

Je trouve inacceptable d’obtenir de mauvaises notes à l’école. Je vais avoir l’air indigne. Je l’accepte, et je vais quand même aborder ce sujet.

Je ne peux pas imaginer accepter moins que des A sur le bulletin de ma fille. Dans ma tête, je ne peux écarter l’idée qu’obtenir des notes parfaites devrait être l’objectif de tout élève. C’est une fixation. Maintenant que ma fille commence l’école, je ne suis pas certaine de ma réaction si son parcours académique ne ressemblait pas au mien.

Ma mère a obtenu une moyenne de 4.0 durant son baccalauréat et sa maîtrise. Elle était retournée sur les bancs d’école tout en élevant trois jeunes enfants et en travaillant à temps partiel. Ce faisant, elle nous a montré à tous les trois à quel point l’éducation était importante. C’était une priorité.

Pour moi, avoir des bonnes notes à l’école a toujours été facile. J’ai une bonne mémoire et je ne ressens pas trop de stress durant les examens. De toute évidence, je suis chanceuse, mais j’aime aussi beaucoup apprendre. Je ne pouvais imaginer rentrer à la maison avec moins qu’un A- dans mon bulletin. C’est arrivé une fois en troisième année avec une enseignante que je détestais (et qui me rendait la pareille) et je ne lui ai pas encore pardonné de m’avoir collé un B.

C’est comme si l’excellence académique était indispensable à mon bien-être. Alors, que ferai-je si ma fille ne chérit pas les mêmes objectifs? Qu’arrivera-t-il si, pour elle, obtenir des A n’est pas aussi facile, voire réalisable? Serai-je capable de l’accepter?

Je sais que de nombreux enfants n’ont jamais obtenu de A à l’école tout en réussissant très bien plus tard. Mon mari n’était pas un élève modèle, même s’il n’a jamais redoublé. J’ai l’impression que je devrais être capable d’accepter les notes que ma fille obtiendra tant qu’elle travaille fort. Et encore là, le barème pour évaluer ses efforts reste dans ma tête, selon les critères de cette étudiante déterminée à toujours arriver première.

Je me suis assise avec ma mère, une enseignante et la femme qui a instillé en moi l’importance de la performance, pour en discuter. Elle a vite précisé le contexte. On s’attendait à ce que je reçoive des A à l’école parce que j’en étais capable. Si j’avais eu plus de difficulté, évidemment, ses attentes auraient été moindres. Elle m’a dit que l’important, c’est de considérer les enfants individuellement et de simplement essayer de les aider à réussir selon leurs capacités.

C’est logique. Malgré tout, je me dis que ma fille devrait arriver à avoir des notes parfaites. Elle est intelligente, elle est vive d’esprit. Obtenir des A ne sera pas un problème. Cela dit, je me demande si ma perception reflète la réalité ou si je ne suis qu’une mère qui n’arrive pas à voir les failles chez sa propre enfant.

Ma fille commence tout juste sa scolarité. Je n’ai aucune idée de comment elle s’intégrera à la classe, de comment elle apprendra. Mon objectif est de lui faire comprendre l’importance du travail plutôt que du résultat en tant que tel. J’espère qu’elle aimera apprendre et non simplement trouver la bonne réponse.

J’aurai quand même à faire face à l’étudiante qui sommeille en moi, celle qui a passé des années à penser qu’un A+ était la perfection et que la perfection était toujours l’objectif à atteindre.

www.mommyish.com

Articles récents du même sujet