Culture

«Entre deux draps»: des relations fictives jouées par des vrais couples

Il n’est pas difficile pour un couple d’acteurs de mettre son intimité de côté pour jouer une fausse relation, selon des invités à Tout le monde en parle venus discuter de la nouvelle émission «Entre deux draps».

Tournée pendant la pandémie, cette émission diffusée sur les ondes de Noovo met en scène de vrais couples et de vrais colocataires afin de respecter les consignes de la santé publique.

«Est-ce difficile pour un vrai couple de jouer une relation fictive en tant qu’acteurs?», a demandé Guy A. Lepage.

«Pas vraiment», a répondu Pier-Luc Funk, qui en a fait l’expérience avec sa copine, Virginie Ranger-Beauregard.

«C’est ça notre métier de jouer des affaires, a-t-il ajouté. Il n’y a aucun couple et aucune colocation qui a repris sa vraie dynamique. Je trouve qu’on a été privilégié de pouvoir utiliser la complicité qu’on a pour jouer un nouveau couple. On a quand même une longueur d’avance sur des personnes qui ne se connaissent pas.»

Le couple François Papineau et Bénédicte Décary doivent également mettre de côté leur vraie relation dans celle qu’ils jouent à l’écran.

Pour François Papineau, il est plutôt simple de jouer une fausse relation avec sa vraie conjointe. «C’est comme une dynamique qu’on a établie. On a une vie à la maison et au travail qui est très séparée.»

Bénédicte Décary a pour sa part affirmé que cela peut amener certaines complexités pour un jeune couple.

«Ça prend de la maturité quand même. Même si c’est une job d’acteur, c’est vrai que ça peut toucher à des zones de pudeur.»

Tourner dans une seule pièce

Chacun des couples de l’émission ne tourne que dans une seule pièce, soit la chambre à coucher, malgré la multitude de sujets qui sont abordés.

«Les auteurs ont fait une super bonne job. Il y a beaucoup de situations qui n’ont rien à voir avec la chambre à coucher», a mentionné Pier-Luc Funk.

«C’est niaiseux, mais pour pas que toutes les scènes se ressemblent, il faut se placer différemment dans le lit pour créer une espèce de dynamique d’un sketch à l’autre.»

Selon l’idéateur de l’émission, Mathieu Pepper, la chambre à coucher a une intimité qui est beaucoup plus que sexuelle, une opinion avec laquelle les comédiens sont en accord.

«La chambre à coucher, c’est comme ton dernier refuge, a commenté François Papineau. Si tu as à t’épancher, c’est là que ça se passe. Tu ne fais pas ça dans le salon avec les enfants.»

«Entre deux draps» est diffusé les mercredis à 19h30 sur les ondes de Noovo

Culture

Coronavirus: le tournage de District 31 interrompu

Le tournage de la populaire série District 31 a été interrompu, hier, par crainte du coronavirus.

Selon un communiqué de l’Union des artistes (UDA), les membres de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS) ont refusé de poursuivre le travail pour des raisons de sécurité.

Des équipes de l’UDA, qui représentent les comédiens, ont été déployés sur plusieurs plateaux de tournage afin de s’assurer que les conditions de travail soient sécuritaires.

«Or, selon certains témoignages, il semblerait que ce ne soit pas toujours le cas», écrit le syndicat.

Les consignes de sécurité imposées par le gouvernement pourraient avoir un impact important sur l’industrie télévisuelle.

Selon l’UDA, conserver une distance sécuritaire d’un mètre entre les individus signifie «aucun maquillage, aucune coiffure, aucune retouche avant chaque prise de caméra. Cela veut aussi dire de respecter la distance d’un mètre dans la mise en place ainsi que dans le tournage de chaque scène.»

Selon Radio-Canada, la décision de poursuivre ou non le tournage de District 31 sera prise aujourd’hui, en soirée.

Il reste neuf jours de tournage pour boucler la quatrième saison de la série.