Inspiration

Le «bixi du télétravail»: Aire commune inaugure un réseau d’espaces de travail en plein air

Photo: Gracieuseté Îlots d'été

Première au Canada, le réseau Îlots d’été par Aire Commune se déploie dès cette semaine à Montréal. Les stations dotées d’Internet sans fil et d’électricité sont accessibles aux travailleurs gratuitement et sans réservation. Partagées entre neuf arrondissements, elles se trouvent à des points de la ville aussi emblématiques que le bord du fleuve à Lachine, l’esplanade du Stade olympique, la Petite-Italie ou le centre-ville de Montréal. 

Le fournisseur d’Internet et de téléphonie mobile Fizz et mouvement Desjardins ont épaulé Aire commune dans la réalisation de ce projet. 

Connue pour ses 5 à 7 rassembleurs, cette dernière compagnie expérimente depuis longtemps le bureau extérieur. Dès sa première édition estivale, en 2017, l’espace du Mile-End abritait des conteneurs convertis en salles de réunion. Le jour, les travailleurs du quartier répondaient à leurs courriels sur des tables à pique-nique munies de prises électriques. 

L’initiative s’inscrit dans la tendance du greendesking. Les études sur les bienfaits de travailler dehors se multiplient depuis plusieurs années. Cette pratique permettrait, entre autres, une augmentation de la créativité, une meilleure mémoire et une diminution du stress ressenti. Les géants du numérique comme Amazon, Facebook et Google ont d’ailleurs suivi le mouvement en aménageant de nouveaux espaces de travail à ciel ouvert. 

D’ici 2025, Aire commune espère construire une cinquantaine d’oasis dans la métropole. 

Le réseau Îlots d’été est constitué de 23 cabines de travail extérieures.

Articles récents du même sujet