Inspiration

Une boucherie en ligne, de quessé? 

Photo: Facebook Boucherie Édouard et Léo

Acheter sa viande en ligne, plutôt qu’à l’épicerie, ça peut paraître étrange, mais c’est possible. Marc-André Jetté, chef propriétaire du restaurant Hoogan et Beaufort, a ouvert pendant la pandémie la boucherie en ligne Édouard et Léo qui valorise les producteurs locaux travaillant de façon durable et écoresponsable. 

De la viande de qualité, produite localement et livrée directement à la maison, ça se peut-tu? C’est en tout cas la promesse de la boucherie en ligne Édouard et Léo, lancée par le chef Marc-André Jetté (Hoogan et Beaufort). Un beau défi de pandémie.  

Depuis des années, le chef Marc-André Jetté travaille avec les mêmes petits producteurs locaux pour fournir en viande son restaurant, le Hoogan et Beaufort. La pandémie arrive et ces producteurs n’arrivent plus à écouler toute leur viande en raison de la fermeture des restaurants. Dans le même temps, plusieurs clients font part au chef de leur difficulté à trouver de la bonne viande locale.   

L’idée est là, mais c’est seulement lorsque des amis du chalet voisin lui rendent visite avec de la viande commandée en ligne de qualité plutôt moyenne que Marc-André Jetté décide de se lancer. Son projet: créer une boucherie en ligne qui encouragerait les producteurs locaux en évitant l’intermédiaire des chaînes de distribution.  

C’est ainsi qu’est né Édouard et Léo, nommé en hommage aux grands-pères respectifs du chef et de son associé Mathieu Provencher, des producteurs et cultivateurs qui ont participé à façonner le Québec rural. 

Circuit court et qualité 

L’objectif des deux associés et donc de mettre les producteurs d’ici de l’avant en créant un lien direct vers les consommateurs. La boucherie reçoit directement les carcasses entières et travaille l’ensemble de l’animal pour ne rien gaspiller. La viande est découpée et vieillie sur place. 

Sans imposer une liste de critères, la boucherie privilégie des éleveurs québécois qui travaillent «de manière responsable dans leur élevage, sans hormones ni antibiotiques», précise Vincent Leclerc, chef exécutif d’Édouard et Léo. 

«On n’a pas de charte précise indiquant comment on veut travailler, car on ne veut pas imposer nos normes à des producteurs, ajoute-t-il. Notre but est de valoriser leur travail et leur expertise à eux.»  

L’achat en ligne 

La plateforme en ligne qui sert d’interface à la boucherie est très simple. On choisit une catégorie de produit, un type de viande et la coupe souhaitée. Ensuite, comme dans n’importe quelle boutique en ligne, on ajoute le produit au panier et on procède au paiement.  

Il est possible de passer commande jusqu’à trois semaines à l’avance ou de commander avant 11h pour recevoir ou venir chercher sa viande le jour même.  

Point original, il est possible d’acheter des «boîtes du producteur» qui encouragent la consommation de la totalité de l’animal. On y trouve une panoplie de pièces introuvables en épicerie ou au restaurant. Sur du bœuf par exemple, une cinquantaine de coupes différentes sont possibles.  

La boucherie propose aussi toujours de s’arranger avec des clients qui voudraient des coupes particulières. 

Une nouvelle habitude 

Toute cette démarche est fort respectable, mais les consommateurs sont-ils vraiment prêts à acheter de la viande à partir d’une photo sur un site Web sans pouvoir l’observer et la toucher comme on peut le faire en épicerie?  

Selon Vincent Leclerc, ce n’est qu’une question d’habitude. «C’est sûr qu’au début il y a un temps d’adaptation pour la clientèle puisqu’en épicerie, tu choisis exactement le morceau que tu veux, concède-t-il. Mais on essaie d’être très standard dans ce qu’on envoie. Les commandes sont emballées le matin même pour un maximum de fraîcheur. On prend nous-mêmes nos photos et on vend ce que l’on voit sur la photo.» 

Et pour ceux qui préfèrent se rendre en boutique, la boucherie Édouard et Léo a aussi pignon sur rue dans Ahuntsic. En avril dernier, elle a pris la place de la boucherie Ça va barder.  

Les propriétaires comptent aussi, dans les prochaines semaines, ouvrir une petite boutique dans leurs quartiers généraux, à Hochelaga, et éventuellement vendre des plats cuisinés dans une petite épicerie de Griffintown. 

Malgré cette expansion, elle ne veut pas devenir une grosse entreprise, mais plutôt garder cette vision de promotion et de valorisation des petits producteurs locaux qui font leur métier par passion.  


Boucherie Édouard et Léo – Hochelaga
3535, rue de Rouen
Mardi au samedi de 12h à 18h

Boucherie Édouard et Léo – Ahuntsic
55, rue Fleury Ouest
Ouverte tous les jours (de 10h ou 11h à 17h ou 19h)

Site Web

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet