Soutenez

Choisir le quartier avant le condo

À leur arrivée au pays, plusieurs immigrants qui s’installent à Montréal ciblent les quartiers multiculturels où ils retrouveront les couleurs de leur pays d’origine, qui faciliteront leur adaptation.

C’est du moins le cas de Nada Chemali, Liba­naise d’origine, qui a emménagé dans un condo du quartier Saint-Laurent il y a maintenant deux ans, un quartier qui accueille beaucoup de gens du pays du cèdre. «On voulait vivre ici, même si c’est plus dispendieux, parce qu’à notre arrivée on s’y sentait moins dépaysés», raconte-t-elle.

C’est donc avec son mari et ses deux enfants qu’elle s’est installée dans cette charmante copropriété de la rue Muir, encore toute neuve. Avec ses planchers de bois franc, sauf dans la cuisine, où le plancher est recouvert de céramique, l’unité est moderne et pratique, parfaite pour les jeunes travailleurs.

Espace restreint

Si l’unité est assez grande pour une petite famille, grâce aux deux chambres à coucher, reste que les dimensions sont quelque peu restreintes, surtout pour la chambre d’enfants et la salle à manger. De ce manque d’espace découle inévitablement un manque de rangement, perceptible dans chacune des pièces du condo.

Les garde-robes sont très petites, et il manque d’armoires dans chacune des salles de bains. «Ça nous force à acheter d’autres meubles, ce qui enlève encore plus d’espace», explique Mme Chemali, qui apprécie toutefois qu’on ait conçu une salle de bain reliée à la chambre des maîtres, ce qui, en effet, leur offre davanage d’intimité. Un espace de rangement est prévu au sous-sol du condo, inclus dans le prix.

Question luminosité, les fenêtres sont disposées de telle façon que le soleil est présent tout au long de la journée et plombe directement sur le balcon, assez grand pour accueillir table d’extérieur et barbecue.

Bien que le condo soit un peu petit pour une famille de quatre personnes, reste que la qualité de la construction est tout à fait perceptible. «L’hiver, on ne chauffe même pas les chambres tellement c’est bien isolé, affirme Mme Chemali. Et côté insonorisation, on n’entend vraiment rien, même si on vit à côté de 50 autres familles.»

Comme tout est à proximité, notamment le train de banlieue, la famille ne possède qu’une seule voiture, qui comble amplement ses besoins. «Tout est à côté, dit Mme Chemali. On est vraiment bien ici!» 

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.