Local

Projet approuvé pour Gestion Koebra

Projet approuvé pour Gestion Koebra
Photo: François Lemieux/Cités Nouvelles

Une nouvelle page de la saga entourant l’ancien bar Le Pionnier a été tournée jeudi dernier. Le comité de démolition de la Ville de Pointe-Claire a approuvé le nouveau projet de réutilisation du promoteur Gregory Koegl, qui souhaite démolir l’immeuble du chemin Bord-du-Lac pour le remplacer par quinze condos et quatre commerces.

Le plan prévoit de créer des espaces de stationnement sur l’avenue Lanthier afin de compenser les 35 espaces perdus en raison de la vente du stationnement municipal situé à côté du Pionnier. Les trois membres du comité ont annoncé que la proposition du promoteur serait acceptée si ce dernier acceptait de ne pas construire de terrasse commune sur le toit.

Plusieurs résidents ont toutefois fait part de leur mécontentement. «Le stationnement sur l’avenue Lanthier, c’est sûr que pour des personnes âgées ou à mobilité réduite, c’est loin des commerces sur la rue principale. J’habite le village et je vois des gens passer plusieurs fois de suite sur la rue principale. S’ils ne voient pas de stationnement, ils vont ailleurs», indique Claude Arsenault.

Un autre résident a déploré que les stationnements additionnels sur Lanthier soient aménagés aux frais des contribuables, au coût de 5 000$ par case de stationnement.

De son côté, Andrew Swidzinski aurait aimé que le nouveau plan soit présenté aux citoyens avant la rencontre du comité de démolition.

«Ce plan ne constitue pas une amélioration. Il faudra faire de l’excavation sur Bord-du-Lac et ça fera fermer la moitié des commerces. Si on laisse ce projet aller de l’avant, ça sera le début de la fin pour le village. On devrait préserver notre patrimoine. L’endroit où l’histoire de notre ville a commencé ne devrait pas être le même endroit où elle prend fin», soutient-il.

M. Koegl est quant à lui convaincu que son projet améliorera le village de Pointe-Claire.

«Je ne sais pas pourquoi certains pensent que ça va tuer le village. Une fois qu’il sera construit, les gens vont réaliser que c’est bel immeuble», fait-il valoir.

En entrevue au journal The Montreal Gazette récemment, le maire de Pointe-Claire, John Belvedere, avait affirmé qu’une «majorité silencieuse» de résidents approuvait le projet de Gestion Koebra. M. Koegl partage cette opinion.

«Environ 65% des gens qui ont démontré de l’intérêt pour ces condos habitent déjà le village de Pointe-Claire, souligne-t-il. Il y a des gens qui ont peur de parler. Ils ont peur de ces gens qui vont à toutes les séances du conseil municipal. Peut-être que la modélisation graphique du projet fait en sorte que le projet parait plus volumineux qu’il ne le sera vraiment».

L’an dernier, la Ville avait approuvé la démolition du Pionnier, mais avait rejeté le plan de réutilisation de la firme de M. Koegl, Gestion Koebra. Le conseil municipal avait donné six mois au promoteur pour proposer un nouveau projet qui devrait respecter le caractère historique et patrimonial du village de Pointe-Claire.

Changements
Il est prévu que l’immeuble à condos soit construit en brique afin de s’harmoniser avec les édifices du village. Le toit serait de type mansardé afin de rappeler celui de l’actuel Pionnier.

L’architecte Marc Rasmussen précise que l’orientation du projet a été changée afin de rapprocher le projet le plus possible de l’hôtel original, sans toutefois créer un bâtiment qui ressemblerait à l’ancien Pionnier.

«[On voulait] incorporer des matériaux spécifiés dans le code villageois en harmonie avec les bâtiments existants. On a ajouté une toiture en mansarde qui donne l’effet d’un bâtiment plus petit et qui réduit la hauteur. On a mis des balcons sur Sainte-Anne et Bord-du-Lac qui s’harmonisent avec le design original et qui donnent un aspect plus résidentiel», souligne-t-il.

Du côté nord-est, l’élévation a été conçue pour avoir un recul de trois mètres au troisième étage. La hauteur totale du projet a aussi été baissée de près d’un mètre.

Toute personne désirant porter la décision du comité de démolition en appel a jusqu’au 22 avril pour en faire part à la municipalité.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Barbara Cheetham

    C’est certainement le mauvais argument et un article qui ne raconte pas toute l’histoire. La ville a promis de consulter ses citoyens et ils n’ont pas tenu sa promesse. Ils ont pris des décisions qui ont profité au promoteur, M. Koegl, notamment en proposant de connecter un parking municipal dans le cadre de leur plan visant à éliminer l’empreinte historique du village de Pointe-Claire. La famille Cousineau en a fait don aux citoyens de Pointe-Claire et sa vente devrait être soumise au vote des citoyens eux-mêmes et non au conseil municipal, que nous voulions le vendre ou non pour accueillir un projet de développement. De toute évidence, l’arrogance du développeur pense que sa vision de Condoville est belle. Où étaient les fonctionnaires de Pointe-Claire lorsque l’ancien propriétaire a négligé les soins de l’immeuble? La ville de Pointe-Claire n’a pas appliqué le code du bâtiment (réglementation en matière de santé et de sécurité) ni d’entretien, mais elle a soumis des rapports qui prouvent directement que le Pioneer représente un risque majeur pour la santé publique. Mais pour quelle raison ils permettent le Pionnier de travailler avec de l’amiante, des dégâts d’eau et des issues de secours aux cause de feu inadéquates. Le conseil municipal de Pointe-Claire ne semble pas être tenu pour responsable. Nous devons mettre fin à de nombreuses années de mauvaises décisions, accusant et discréditant toujours les citoyens qui osent s’exprimer et se faire entendre. C’est vraiment honteux.

Articles similaires