Ahuntsic-Cartierville
14:15 25 mars 2020 | mise à jour le: 26 mars 2020 à 09:18

Coronavirus : sept cas dans un CHSLD du nord de Montréal

Coronavirus : sept cas dans un CHSLD du nord de Montréal
Photo: ArchivesCoronavirus : cinq cas au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, à Bordeaux.

Sept cas de COVID-19 ont été enregistrés au centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Notre-Dame-de-la-Merci, à Bordeaux cette semaine. Les personnes atteintes du virus sont des personnes âgées.

Le CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci compte 400 lits. Il héberge des aînés, mais aussi des patients en perte d’autonomie.

«Il y a plusieurs cas en investigation, a indiqué Kathleen Bertrand, infirmière, présidentes du bureau local de la Fédération des infirmières du Québec au CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal. Pour ce qui est du personnel, je n’ai pas les chiffres à jour car c’est très difficile de les obtenir.»

«Dans cette installation, nous avons placé toutes les unités concernées en isolement et nous suivons scrupuleusement les protocoles établis par l’INSPQ en prévention et contrôle des infections», avait assuré Marie-Hélène Giguère, responsable des relations avec les médias au Le CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal.

Elle n’a pas précisé comment ces résidents ont pu être contaminé par le coronavirus.

Depuis deux jours, on souligne que pour 603 cas recensés à Montréal, plus de 300 malades représentaient un cas de contagion communautaire au coronavirus.

C’est la première fois que des infections à la COVID-19 sont signalés au CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal en dehors de ceux actuellement traités à l’hôpital Sacré-cœur.

«Jusqu’à présent, nous n’avons pas d’autres cas recensés dans d’autres CHLSD», avait confié Mme Bertrand. Elle signale par ailleurs que le personnel soignant dédié au coronavirus maitrise la situation.

Toutefois, l’annonce de cas au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci est loin de la rassurer alors que l’on compte déjà une infirmière infectée travaillant dans un autre établissement du CIUSSS.

«La naissance de ce foyer d’éclosion fait que la situation risque de se dégrader rapidement, a dit Mme Bertrand. Il y a un plus grand risque de contamination.»

Elle a relevé que les délégués syndicaux font des représentations au niveau local auprès de l’employeur. «Nous dénonçons toutes les situations problématiques et il y a plusieurs interventions fait auprès du ministère par la FIQ.»

Pour répondre aux inquiétudes des soignants, le CIUSSS a déployé du personnel pour expliquer la situation.

«Une travailleuse sociale de notre Direction de santé mentale et dépendances et une infirmière de l’équipe prévention et contrôle des infections ont fait équipe pour se rendre dans tous les étages de CHSLD pour rassurer tous leurs collègues», a indiqué Mme Giguère au nom du CIUSSS.

Le CIUSSS doit aussi répondre aux inquiétudes des résidents des CHSLD, qui en raison des mesures de confinement, ne peuvent recevoir la visite de leurs proches.

«Nous sommes en train d’équiper tous nos CHSLD avec des téléphones cellulaires afin que les résidents puissent entrer en contact avec leurs familles», a annoncé Mme Giguère.

Articles similaires