Ahuntsic-Cartierville
15:21 2 mai 2017 | mise à jour le: 2 mai 2017 à 15:40 Temps de lecture: 2 minutes

Une pétition pour qu’un terrain patrimonial intègre le domaine public

Une pétition pour qu’un terrain patrimonial intègre le domaine public
Photo: Archives/TC Media

La Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville lance une pétition afin de préserver un site patrimonial situé à Ahuntsic.  L’organisme souhaite que la Ville de Montréal place le terrain sous sa protection afin d’éviter un développement immobilier.

Le terrain, situé au 12375, rue du fort Lorette, mitoyen de l’église de la Visitation, appartenait à la congrégation religieuse des sœurs de la Miséricorde. Il a été vendu, le 30 mars, à un promoteur immobilier.

Pour la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC), le lieu possède un intérêt historique capital pour Montréal.

«L’endroit aurait été fréquenté par les Amérindiens, il y a entre 3000 et 4500 ans», écrit la SHAC. L’organisme rappelle aussi que des traces du fort Lorette pourraient y être enfouies.

«En 1696, les Sulpiciens choisissent l’endroit pour y déménager leur mission d’évangélisation du fort de la Montagne et y érigent le fort Lorette.»

Par ailleurs, des constructions des œuvres des religieuses de Miséricorde se sont succédé sur le même site.

«En cette année de célébration du 375e anniversaire de fondation de Montréal et du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, il nous apparaît primordial que le terrain du fort Lorette devienne un lieu public et soit mis en valeur», souligne la SHAC.

La pétition a été lancée après avoir reçu des doléances de citoyens qui demandaient comment aider à la préservation du terrain.

«Beaucoup de résidents des environs ont fait part de leur inquiétude, indique Vincent Garneau, co-président de la SHAC. Mais, la pétition est ouverte à tous et il n’y a pas de limite pour le nombre de signatures.»

Depuis le 20 avril, le nouveau propriétaire est autorisé à mener des fouilles archéologiques pour déterminer l’importance historique qu’il pourrait représenter.

Si les recherches ne démontrent pas l’existence de vestiges significatifs, il pourrait entamer alors des démarches pour lancer un développement immobilier.

 

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Patrice Saucier

    Et un autre projet de condos à la con sur l’île de Montréal…