Ahuntsic-Cartierville

Soutien financier : 250 000$ pour s’occuper des bébés à Ahuntsic

Soutien financier : 250 000$ pour s’occuper des bébés à Ahuntsic
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicNathalie Bélanger, directrice de l’organisme Autour du bébé, est assurée de pouvoir poursuivre sa mission auprès de femmes enceintes, des nouvelles mamans et des bébés dans de meilleures conditions.

Un organisme local qui s’occupe des femmes enceintes, des jeunes mamans et des bébés jusqu’à un an, vient de recevoir un soutien financier de 250 000$. Une somme qui lui permet de se concentrer sur sa mission sans penser aux lendemains difficiles.

Nathalie Bélanger, la directrice de l’organisme Autour du bébé à Ahuntsic, est une femme heureuse. «Nous venons de recevoir un financement récurrent annuel pour la réalisation de notre mission de Centre de ressources périnatales», annonce-t-elle.

L’argent a été octroyé par le ministère de la Santé. C’est un investissement de plus de 1,2 M$ pour l’année 2019-2020, qui assurera un soutien financier minimal de 250 000 $ par centre de ressources périnatales (CRP). Neuf CRP au Québec en sont bénéficiaires.

À Autour du bébé cette enveloppe est attendue depuis 19 ans. Un financement récurrent qu’on appelle à la mission, c’est ce dont rêvent tous les dirigeants d’organismes communautaires.

Nathalie Bélanger
Nathalie Bélanger. Photo : Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

«Nous étions dans une situation extrêmement difficile, souligne Mme Bélanger. Avec cet argent nous n’allons plus travailler dans l’urgence. Nous n’allons plus nous retrouver dans l’obligation de doubler notre temps de travail tout en allant chercher le financement.»

Autour du bébé bénéficiait de financement au projet, de dons discrétionnaires du ministre et de dons privés. Il dessert 1000 personnes pour les haltes allaitements et 1800 autres pour ses différents services.

Neuf personnes, sept employés et deux stagiaires, y travaillent. «Nous avons aussi une vingtaine de bénévoles, dont beaucoup de marraines d’allaitement ainsi que des gens qui nous aident à l’entretien, à la cuisine ou à la couture», souligne Mme Bélanger.

Plus de services

L’organisme est partenaire du Centre local de service communautaire (CLSC) qui lui réfère les mères qui ont besoin d’aide. «Nous assurons des services à la population en général, mais nous recevons aussi beaucoup de gens vulnérables, des réfugiés et des gens sans carte d’assurance maladie», relève Mme Bélanger.

L’organisme offre des cours prénataux, des séances de pèse-bébés deux fois par semaine, confectionne des purées pour nouveau-nés, offre aussi des cours à la sexualité après l’accouchement ou de contraception et aussi des ateliers sur la prévention des abus sexuels sur les enfants de moins de 5 ans.

«Notre priorité sera de maintenir le panier de services actuels et ajouter les relevailles,», dit la directrice. Les relevailles c’est l’aide apportée aux jeunes mamans pour de menus travaux à la maison ou simplement une surveillance du bébé pendant que la mère fait la sieste.

L’autre gros chantier envisagé est une relocalisation de l’organisme. «Nous resterons à Ahuntsic, assure Mme Bélanger. Notre enjeu c’est l’espace. Nous sommes à l’étroit et nous avons besoin de beaucoup de locaux.» Ils ont deux salles contigües et un bureau au centre communautaire Ahuntsic pour le personnel et les bénéficiaires.

L’argent qui arrive est donc une bouffée d’oxygène pour un organisme qui depuis 37 ans maintient ses activités coûte que coûte.